👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Robert Wise en est au crépuscule de son immense carrière lorsqu'il met en scène L'Odyssée du Hindenbourg, où il est question d'une alerte à la bombe dans le célèbre dirigeable symbole du Troisième Reich (et de Led Zeppelin).

Alors en vogue dans les années 1970, le film catastrophe réunissait souvent quelques anciennes gloires, tant devant que derrière la caméra, et L'Odyssée du Hindenbourg ne déroge pas à la règle. On peut tout de même constater que ce genre n'a pas donné beaucoup d’œuvres ayant su traverser les époques, et c'est le cas ici. La construction du récit était plutôt intéressante sur le papier, mais Wise y oublie totalement la tension et l'ambiance, et du coup, on se retrouve avec une oeuvre qui n'a de catastrophe que les dernières minutes (plutôt réussies d'ailleurs) et où il ne se passe rien durant 125 minutes.

C'est dommage car le début est intéressant et surtout assez intrigant, mais l'oeuvre se transforme en une recherche paresseuse d'une éventuelle bombe, et Wise a vraiment du mal à rendre tout cela captivant. Néanmoins, quelques effets sont vraiment réussis, comme la reconstitution du Hindenbourg et en général les plans tournant autour de ce dirigeable, notamment lorsqu'il est dans les airs ainsi que son intérieur.

Le contexte historique est plutôt intéressant si on excepte la finalité, même si on peut regretter que l'auteur ait un peu trop recopié les images d'archives connues de cet incident. Plusieurs aspects chez les personnages sont plutôt intéressants, et on peut aussi noter qu'ils sont très bien interprétés, rehaussant même parfois (mais trop rarement) l'intérêt pour les péripéties et les personnages, notamment grâce à George C. Scott et Anne Bancroft.

Alors au crépuscule de son immense carrière, Robert Wise ne se montre guère inspiré à l'heure de faire revivre, via le style catastrophe, l'odyssée du Hindenbourg, et ce malgré quelques bonnes idées et un casting impeccable qui ne savent faire oublier une oeuvre manquant de tension, d'ambiance et d'intérêt.

Docteur_Jivago
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Robert Wise - Le touche à tout, Une époque révolue... et Ma Filmothèque

il y a 2 ans

17 j'aime

8 commentaires

L'Odyssée du Hindenburg
Docteur_Jivago
4

Titanic des airs

Robert Wise en est au crépuscule de son immense carrière lorsqu'il met en scène L'Odyssée du Hindenbourg, où il est question d'une alerte à la bombe dans le célèbre dirigeable symbole du Troisième...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

8

L'Odyssée du Hindenburg
Pruneau
7

Ballon décès

Bon film catastrophe et honnête huis clos. Robert Wise (l'homme à la filmo la plus éclectique au monde) assure le service. Comme j'aime bien les dirigeables (c'est rigolo comme truc quand même), ben...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

2

L'Odyssée du Hindenburg
Ugly
6

Huis-clos en plein ciel

Ce film qui relate un désastre réellement survenu en 1937 au célèbre zeppelin, orgueil du Troisième Reich, s'inscrit dans la vogue des films catastrophe de la décennie 70. Robert Wise utilise donc...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

6

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

Lire la critique

il y a 7 ans

146 j'aime

31

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

Lire la critique

il y a 7 ans

137 j'aime

40