👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L’Oiseau au plumage de cristal est un véritable coup d’envoi pour le giallo, qui envahit les salles obscures dès l’année suivante en Italie. Il faut dire que le film présente toutes les qualités de la pierre angulaire: Argento assimile et distribue son héritage cinéphilique avec un équilibre rare. Porté par une intrigue solide transcendée par la passion de son personnage, le film incarne ses codes avec une vivacité étonnante. C’est que le genre presque tout entier se catalyse dans une seule et même scène matricielle. Un jeune écrivain expatrié (Tony Musante) assiste malgré lui depuis la rue, à l’agression d’une jeune femme dans une galerie d’art par une silhouette masculine. L’agresseur prend la fuite à son approche et l’enferme au passage entre deux baies vitrées, obligeant le témoin accidentel à contempler les souffrances de la victime sans agir. Le contrat entre le spectateur et le genre est théâtralisé : Avec son personnage voyeur contraint, c’est tout une esthétique du mensonge et de la dissimulation qui se révèle. Organisé sur un trompe l’oeil, L’Oiseau au plumage de cristal libère cependant l’image de la pulsion scopique en la transformant en une entité trouble à décrypter, à la fois énigme policière et surface d’échanges fantasmatiques. Derrière le meurtrier masqué, et encore plus derrière la mise en image de ses mises à mort, circulent et s’inversent les identités, les pulsions et les désirs dans un espace qui ne se précise qu’en toute fin de film.

Ces circulations, à même de déstabiliser un récit (comme ce sera souvent le cas dans le genre), trouvent une concentration idéale dans le relais de son personnage principal, enquêteur accidentel obsessionnel et hanté par les images qui nourrissent le chemin pulsionnel du film. L’ostinato des visions du premier meurtre trouve un écho dans le motif d’une toile naïve qui, accompagnée de l’entêtante mélodie d’Ennio Morricone, figure l’impulsion pulsionnelle originelle. En faisant de son MacGuffin une image artistique, Argento oriente son décryptage vers le champ d’une émotion esthétique brute plutôt que vers l’enquête policière factuelle. A travers se motif se pressent une circulation figurale qui dépasse les oeuvres et les nourrissent et la tentation du hors film, de la mise en abîme comme vertige infini, qui innerveront la filmographie future du cinéaste.

MystèreOrange
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs giallo, Les meilleurs films de 1970 et Les meilleurs films de Dario Argento

il y a 4 ans

L'Oiseau au plumage de cristal
Pravda
8

Critique de L'Oiseau au plumage de cristal par Pravda

Premier giallo du réalisateur italien, L'oiseau au plumage de cristal est déjà très représentatif de ce que sera le cinéma de Dario Argento. Dans ce giallo, genre cinématographique très en vogue...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

3

L'Oiseau au plumage de cristal
DarkParadise
8

Critique de L'Oiseau au plumage de cristal par DarkParadise

Première réalisation officielle du grand Dario Argento (que j'apprécie énormément), c'est avec ce film que celui-ci "travaille" pour la première fois les bases du genre "Giallo", qui furent initiées...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

L'Oiseau au plumage de cristal
Sophia
9

Critique de L'Oiseau au plumage de cristal par Sophia

Comme de nombreux de ses films, Argento commence par une scène d'introduction des plus immersive pour le spectateur. On suit Sam Dalmas, à cet instant du film un simple passant, qui est témoin d'une...

Lire la critique

il y a 10 ans

9 j'aime

Hors Satan
MystèreOrange
7
Hors Satan

Critique de Hors Satan par MystèreOrange

Ca ne m'étonne pas que personne n'aime, tellement ce film semble s'engoncer dans les clichés du cinéma de Dumont, mise en scène rugueuse à souhait, concours de gueules minérales marquées par la vie,...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

4

Une soirée étrange
MystèreOrange
7

Laissez les hurler

Réalisé par James Whale dans la foulée du gigantesque succès que fut sa version de Frankenstein (1931), Une soirée étrange (The Old Dark House) demeure aujourd’hui assez méconnu. Le retour de Boris...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

2

Une hache pour la lune de miel
MystèreOrange
9

Critique de Une hache pour la lune de miel par MystèreOrange

D'après la faible connaissance que j'ai du giallo, il m'a semblé pour l'instant, d'après les quelques film de Bava que j'ai vu que ce genre dont il est l'initiateur était pour lui le cadre prétexte...

Lire la critique

il y a 11 ans

7 j'aime

1