L'homme sans ombre comme bilan intérimaire

Avis sur L'Ombre d'un homme

Avatar meilleursfilms
Critique publiée par le

L'OMBRE D'UN HOMME (The Browning Version) [Asquith, Anthony (1951)]... Sociétal, Blocages, ComDram, Bilan |
Synopsis: L'austère professeur de Grec, Andrew Crocker-Harris (Michael Redgrave), n'est aimé de personne, ni de ses élèves, ni de ses collègues, ni de sa femme Millie (Jean Kent) qui le trompe avec Frank Hunter (Nigel Patrick), professeur de sciences. Contraint de prendre sa retraite de l'école privée Britannique où il enseigne, il va être forcé au constat de son échec en tant que professeur, époux, et en tant qu'homme. Replié sur lui-même, il n'est plus que l'ombre d'un homme, mais le hazard poussé par un de ses élèves, Taplow (Brian Smith), va lui rendre espoir et dignité… |
Commentaires (spoiler possible): Un film porté par une interprétation extraordinaire, notamment Michael Redgrave, à la composition exemplaire de subtilité, et par un conte universel (choix de vie et conséquences). Mais la pièce de théâtre éponyme (en Anglais) dont il est issu est trop présente (les extérieurs et autres changements de plateau font trop prétexte) et le scénario pêche par une redite inutile, les confidences au remplaçant et la confession finale. Le titre en Français résume tout mais il est bien difficile à retenir. La caméra en N&B est appropriée, très architecturée, mais la mise en scène est limitée, figée (ce qui est voulu sans doute), en tout cas trop fixée sur le jeu d'acteurs. La satire du conformisme du microcosme éducatif créé par cette société Anglaise est bien vu. Le film évoque et c'est un compliment, certains grands Renoir, mais sans la jouissance de la mise en scène. Un très bon film un peu déséquilibré. Le film est en libre accès (v.o. seulement) sur Internet Archives à https://archive.org/details/15062tbv | TOT(pond.)=3.59 | Scén.=4 | M.Sc.=3.3 | Act.=4 | Innov.=2 | Tags: N&B, Lycée, Professeur-Elève, Ambitions, Adultère, Conformisme, Remords | ⊕ Michael Redgrave, Acteurs (excellents, théâtreux), Scénario profond, intemporel), Dialogues (ciselés quoique théâtreux), Photo (élaborée) | Θ Théâtre (trop présent), Mise-en-Scène (un peu plate) | Anthologie : Dernier-Cours-Citation-ironique (ambivalence science-connaissance), Expérience-Chimie, Confession-Himmler, Cadeau-Browning-Version (mise en abîme essai personnel inachevé), Confession-finale | vu en: 2021

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 15 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de meilleursfilms L'Ombre d'un homme