Un goût d’inachevé

Avis sur L'Ombre de Staline

Avatar César Defoort
Critique publiée par le

L’Holodomor est aujourd’hui un fait historique avéré, bien documenté, mais encore mal connue du grand public. Dans cette optique, on peut comprendre le besoin qu’a eu Agnieszka Holland de mettre la grande famine ukrainienne en images. Cela donne lieu à un florilège de séquences très dures dont se dégage un sentiment de réalisme particulièrement fort. Le travail de la lumière y contribue beaucoup dans ces paysages d’un blanc glaçant qui efface tout horizon. Ces séquences méritent d’être vues car elles présenteront mieux que tout discours la misère du peuple ukrainien dans les années 1930.

Pour le reste, L’Ombre de Staline passe à côté de son sujet en se concentrant sur le portrait d’un lanceur d’alerte comme on en a déjà vu des dizaines, ce qui donne un récit assez fade. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à ce héros, présenté comme un martyr (qu’il est) alors que la cause qu’il défend est bien plus intéressante que son histoire personnelle. Sa trajectoire personnelle ressemble à celle de tous les autres lanceurs d’alertes. En cela, le film n’apporte rien de neuf. Pire, on a l’impression que la metteuse en scène se dédouble ici. Les séquences en Angleterre sont extrêmement convenues dans leur réalisation tandis que la partie en Ukraine montre un réel parti pris esthétique, presque en noir et blanc, donnant presque un aspect documentaire au sujet.

Autre défaut du film, celui de vouloir à tout prix faire intervenir des personnalités célèbres de l’époque, sans que cela ait toujours un intérêt. L’exemple le plus navrant est celui de George Orwell, qui n’est ni spécialement bien interprété, ni particulièrement utile au récit. Si le parallèle avec la Ferme des Animaux est intéressant, il n’était pas nécessaire de faire intervenir son auteur lui-même pour lui donne un rôle si maigre.

En somme, ce film passe à côté de l’essentiel et il eut été plus judicieux de concentrer la totalité du film sur l’Ukraine, en faire un film coup de poing sur l’atrocité humaine, à la manière du Fils de Saul.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 785 fois
11 apprécient

Autres actions de César Defoort L'Ombre de Staline