Vive la République une et indivisible !

Avis sur L'Ordre et la Morale

Avatar openupandbleed
Critique publiée par le

Polémique minable du réalisateur vexé de ne pas avoir été retenu aux Césars ? Absolument.

Film très partisan ? Oui sans doute, et alors ? Chacun a bien le droit d'avoir sa vision des choses, Kassovitz comme vous et moi.
On n'est d'ailleurs pas obligé d'être d'accord, et du reste je ne le suis pas totalement. Les gentils gendarmes, les méchants militaires, c'est sans doute un peu court comme vision.

Faire totalement l'impasse sur le referendum de 1987, où les électeurs néo-calédoniens ont rejeté l'indépendance est également problématique, puisque ce résultat jamais accepté par le FLNKS est à l'origine du statut Pons qui embrase la Nouvelle-Calédonie en 1988 . Il aurait d'ailleurs été bienvenu également de laisser entendre que tous les Kanak n'étaient pas au FLNKS.

Les Caldoches - je ne sais pas si ce terme est péjoratif ou pas, en toute bonne foi : s'il l'est je présente par avance mes excuses aux deux égarés concernés qui tomberont par hasard sur cette critique - les Blancs calédoniens donc, sont totalement absents du film ; ce qui revient à tourner une oeuvre sur l'Irlande du Nord centré sur l'affrontement entre Catholiques et pouvoir britannique sans mentionner les Protestants loyalistes...

Le discours du chef rebelle Kanak sur les Français qui sont là juste pour le nickel est aussi simpliste (la Nouvelle Calédonie gère le Nickel elle-même depuis les années 80) que naïf - quand l'administration française se retirera complètement, les vautours Australiens et Chinois, voire Américains, débarqueront en masse... Je le dis sincèrement, parce que c'est ma conviction profonde et non parce que je serai un quelconque nostalgique des colonies, mais l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, philosophiquement légitime, n'entrainerait pas que du bon. Mieux vaut sans doute une tutelle parisienne très (très) éloignée que des gros voisins un peu plus encombrants. Je m'égare, le film ne dit pas du tout cela, mais on n'a pas tous les jours l'occasion de parler de la NC.

D'ailleurs les conséquences probablement néfastes d'une indépendance complète sur la société multi-ethnique, métissée et multi-culturelle ne sont jamais abordées ; pourtant, vu ce qu'il s'est passé en Algérie en 62, il n'y a pas beaucoup de raison d'être optimiste sur ce plan-là.

Voilà, j'ai l'air de tailler un costard à Kassovitz, mais ce n'est pas mon intention, parce qu'à rebours, son film ne manque pas de qualités formelles (excellent rythme), est salutaire (sujet jamais abordé) et n'est pas aussi manichéen qu'on l'a dit.
Le rôle trouble du FLNKS et celui de Mitterrand qui a empapaouté Chirac avec les rebelles Kanak en victimes collatérales sont bien mentionnés.

Enfin, son postulat de base n'est pas faux : ce sont bien les manoeuvres politiciennes minables de Pons et Chirac, en pleine campagne présidentielle, qui ont fait couler du sang inutilement... En même temps qu'elles ont contribué à renforcer le courant indépendantiste. Le point fort du film est d'ailleurs là, montrer comment un pouvoir incompétent qui n'a aucune vision stratégique à long terme met de l'huile sur le feu et fabrique ses propres ennemis...

Si (quand) la Nouvelle-Calédonie devient (sera) indépendante, elle pourra ériger des statues à Chirac et à Pons pour services rendus à la cause. Et cela, le film le dit très bien, le dit très justement. A voir absolument, comme tout film qui fait réfléchir et donne envie d'en savoir plus sur un sujet scandaleusement occulté par la mémoire collective, que cela soit sur le Caillou ou en métropole.

Pourtant, merde, des militaires français qui ont tué des civils français, et il n'y a pas si longtemps, sans tomber dans la repentance woke et l'autoflagellation stérile, cela devrait donner lieu à quelques introspections, débats et réflexions. Mais bon, comme pour l'Algérie, on préfère mettre la poussière sur le tapis.

Merci donc à Kassowitz d'avoir soulevé le tapis.

le petit point cancel culture
S'il y a bien une chose que la commission des oeuvres autorisées déteste, c'est la subtilité sur un sujet aussi simple à appréhender. Odieux colonialisme blanc vs populations racisées victimes, la voie était pourtant toute tracée pour faire un chef-d'oeuvre éducatif.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
1 apprécie

Autres actions de openupandbleed L'Ordre et la Morale