Tuer ou faire l'amour

Avis sur L'amour est un crime parfait

Avatar denizor
Critique publiée par le

Dans Incidences, Philippe Djian racontait son livre à la première personne - donnant une voix intérieure à son personnage, Marc (Matthieu Almaric). Dans leur adaptation, les frères Larrieu ne prennent pas cette option (pas de voix off), ajoutent une sorte d'humour noir mais restent fidèles aux ellipses du récit, véritables trous dans l'emploi du temps de leur personnage, comme autant de failles dans l'esprit torturé de ce fou en sommeil. Dans ce jeu de pistes, les frères Larrieu nous donnent deux grilles de lecture.

La première, c'est Hitchcock : il y a l'aspect thriller, l'élégance de la mise en scène et ce soin particulier apporté à la composition de plans mais aussi un clin d'oeil aux oiseaux.

La seconde c'est le surréalisme, avec une citation de Breton, ce titre proche d'un ver d'Eluard et la référence à l'Age d'or, vantant les mérites de l'écriture automatique et de l'association d'idées.

La rencontre des deux aurait pu donner La Maison du Docteur Edwards (avec un Hitchcock tenté par la psychanalyse et collaborant avec Dali) et on peut d'ailleurs jeter un pont entre les deux films (le côté hiératique et irréel des décors, le traumatisme initial évoqué, la montagne). Mais cela donne L'amour est un crime parfait, un film paradoxal partant dans une roue libre ultra maitrisée et sauvage dans sa froideur. Un film s'ouvrant sur un abime mais difficile de savoir si celui-ci finit dans un grand questionnement existentiel ou seulement dans le vide.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 174 fois
1 apprécie

Autres actions de denizor L'amour est un crime parfait