Quand les mafieux ont les dents longues...

Avis sur L'attaque des requins tueurs

Avatar Farh
Critique publiée par le

Dans la catégorie nanar de requin on peut voir du tout et du grand n’importe quoi. Mais avec Sharks in Venice on frôle l’indignation et ce, même après un visionnage au troisième degré.

La première catastrophe est sans aucun doute le « scénario ». Les producteurs ont voulu se démarquer du film de requin pur et dur, bête et méchant et ont tenté un renouveau du genre avec un scénario totalement tiré par les cheveux. En effet, exit le requin fou assoiffé de sang, les scénaristiques de Sharks in Venice se prennent au sérieux en inventant une pompeuse et totalement grotesque histoire autour d’un trésor caché sous marin. Bien au-delà des limites des films de requins, Sharks in Venice mêle alors à la fois course poursuite et chasse au trésor. En somme, Sharks in Venice est un Indiana Jones du pauvre qui introduit quelques requins. A chercher à faire dans l’originalité, Sharks in Venice sort carrément des sentiers battus et offre un enchainement d’absurdité scénaristiques et de mauvais repères historiques : les Medicis en voleur de trésor, vraiment ?. Avec un tel scénario, Sharks In Venice offre bien des désillusions à son spectateur car point de requin fou mais plutôt des mafieux aux dents longues. Bien sur, pour parfaire le tout, Sharks In Venice nous assomme avec ses caricatures vomissantes sur les italiens à coups de « capiche » et « bon sera ».

Mais c’est définitivement au niveau de la réalisation que Sharks in Venice sombre. Au risque de se répéter, Sharks in Venice n’est pas la course poursuite entre un groupe d’homme et un requin. Non, le film se concentre sur la course poursuite entre un homme et la mafia. Qui dit course poursuite, dit scène d’actions. Et, Sharks in Venice présente des scènes d’actions tellement ridicule qu’elles en deviennent risible. On a le droit à tout : de la fausse surprise, aux coups de poings foireux ou encore à des coups de feus façon feu d’artifice. Et, surprise ! On a même le droit à une séquence de bataille moyenâgeuse, qui se passe de commentaires. Mais la palme de l’horreur revient sans aucun doute aux scènes d’attaques de requins. Car oui, même s’ils sont passés au troisième plan du film les requins sont bels et bien là. En effet, les attaques sont dignes d’un documentaire de requin, Thalassa n’a qu’à bien se tenir !. D’ailleurs le montage du film est si désastreux que les raccords laissent apparaître que les séquences des requins sont bel et bien tirées d’un documentaire animalier. Mais le pire reste tout de même les attaques en elle-même avec son faux sang et ses morceaux de viandes lancés aux requins. Bref, une aberration totale !

Enfin, pour assommer le tout, le casting est poisseux avec son assortiment de mauvais acteurs de seconde zone. Héro principal du film, Stephen Baldwin exaspère et peine à convaincre dans son rôle de grand professeur émérite ; une prestation à oublier de toute urgence. Les rôles italiens : du sergent de police, mafieux en passant par les hommes de mains sont plus que grotesques affublés de leur costume et perruques immondes ! Une réelle caricature !

Pour finir, Sharks In Venice c’est une belle affiche, un beau titre mais une grande aberration et immondice. Même au sixième degré, ce « film » n’est pas visionnable !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 371 fois
2 apprécient

Autres actions de Farh L'attaque des requins tueurs