Affiche L'homme que j'ai tué

Critiques de L'homme que j'ai tué

Film de (1932)

  • 1
  • 2

Critique de L'homme que j'ai tué par Ochazuke

Un boitier sobre pour emballage, une typo bâtonnet rude et sans fioritures et une photo des deux protagonistes qui se regardent presque à la dérobée, bref, je ne savais à quoi m'attendre. Que signifiait un packaging si sobre ? Celui d'une œuvre mineure mais voilà... Lubitsch en haut, je ne pouvais me le refuser. Lubitsch m'était synonyme d'une certaine folie, de comédies intelligentes et... Lire l'avis à propos de L'homme que j'ai tué

35 12
Avatar Ochazuke
9
Ochazuke ·

« Nous, les pères, nous sommes trop vieux pour nous battre... mais pas trop vieux pour haïr ».

Comme beaucoup, je considère Ernst Lubitsch comme l’un des plus grands réalisateurs de comédies de la première moitié du XXe siècle, auteur de chefs-d’œuvre intemporels comme Jeux Dangereux, Rendez-Vous ou encore Sérénade à Trois. Et au milieu de ces monuments, certains films plus sérieux ont du mal... Lire l'avis à propos de L'homme que j'ai tué

22 6
Avatar WeSTiiX
8
WeSTiiX ·

Critique de L'homme que j'ai tué par Garrincha

C'est un film des débuts balbutiants du cinéma parlant, période durant laquelle Lubitsch faisait plus souvent des comédies musicales, remplissant les scènes parlées de celles-ci avec de délicieuses trouvailles de mise en scène et quelques one-liners dont lui seul avait le secret. Pas besoin de plus, son génie formel s'étant toujours mieux exprimé dans un claquement de porte que dans de longues... Lire l'avis à propos de L'homme que j'ai tué

9 1
Avatar Garrincha
7
Garrincha ·

Lubitsch, grand pacifiste en plus d'être un géant du cinéma !!!

"L'Homme que j'ai tué" est le seul film parlant entièrement dramatique d'Ernst Lubitsch, ce qui est une très bonne raison de s'y arrêter ; bien que le fait que le film a été réalisé par Ernst Lubitsch tout court suffit déjà amplement à le regarder... Le film est loin d'être parfait. Philips Holmes en fait des tonnes en type pétri de remords, ce qui contraste fortement avec les interprétations... Lire la critique de L'homme que j'ai tué

6 5
Avatar Plume231
7
Plume231 ·

Critique de L'homme que j'ai tué par RédacJack

Le film s'ouvre sur un défilé célébrant l'armistice un an après la fin de la première guerre mondiale. Le vacarme du défilé prolonge le vacarme règnant dans l'esprit des blessés de guerre dans un plan à l'humour noir discret. S'en suit une scène dans une église où l'on découvre Paul, un soldat français toujours harcelé par le souvenir du soldat allemand qu'il a assassiné dans les tranchés. Ne... Lire l'avis à propos de L'homme que j'ai tué

6
Avatar RédacJack
10
RédacJack ·

Critique de L'homme que j'ai tué par Maqroll

Beau et grand film qui commence par une des images les plus fortes de l’histoire du cinéma (le défilé de la victoire vu grâce à l’espace laissé dans la foule par… l’absence de jambe d’un invalide de guerre s’appuyant sur une béquille). Film sur le souvenir, sur la vengeance et le pardon, film idéaliste à une époque où on ne pouvait que l’être, film sur le rapprochement entre les peuples et la... Lire la critique de L'homme que j'ai tué

2 3
Avatar Maqroll
9
Maqroll ·

Lubitsh nous pond un mélo

Lubitsh nous pond un mélo. Alors évidemment c'est du Lubitsh avec ce qu'il faut de savoir-faire, d'humanisme et d'élégance, n'empêche que c'est un mélo avec un acteur principal qui en fait des tonnes. Et puis malgré le fait qu'il ne se passe pas grand-chose, le film est elliptique. Reste quelques plans magnifiques (l'ouverture), des scènes magistrales (l'entretien avec le curé, le banquet des... Lire l'avis à propos de L'homme que j'ai tué

Avatar estonius
7
estonius ·

Critique de L'homme que j'ai tué par Reymisteriod2

Excellent film d’Ernst Lubitsch, un film tout en nuance sur la condition d’après guerre d’un soldat, un simple homme à qui on a demander de tuer, tuer sans raison, tuer de simples inconnus, des hommes qui étaient comme lui… Lubitsch expose ici la culpabilité qu’un homme peut éprouver d’avoir tuer pendant la guerre. Oui, c’était légitime, d’un point de vue légal, du point de vue de... Lire la critique de L'homme que j'ai tué

Avatar Reymisteriod2
8
Reymisteriod2 ·

Un film pacifiste de l'entre-deux-guerres, triste "ironie" !

Avec L'Homme que j'ai tué, adapté d'une pièce éponyme de Maurice Rostand, Ernest Lusbitsh livre une oeuvre puissamment pacifiste qui porte un regard critique sur cette période d'après-guerre tout en explorant le thème de la rédemption d'une manière intéressante. S'il y a bien une chose qui m'a impressionné durant mon visionnage, c'est l'efficacité et la maîtrise avec... Lire la critique de L'homme que j'ai tué

1
Avatar GigaHeartz
7
GigaHeartz ·

Critique de L'homme que j'ai tué par Mr_Carnby

----CONTIENT SA DOSE REGLEMENTAIRE DE SPOILERS---- Si le nom de Ernst Lubitsch ramène systématiquement le cinéphile aux comédies sophistiquées des années 1930, plus rares sont ceux qui savent que le maître signa, à l'aube du parlant, plusieurs métrages loin des ménages à trois, des déboucheuses d'évier et autres résistants shakespeariens. Sorti en 1932 (année de « Freaks », « Scarface » ou... Lire la critique de L'homme que j'ai tué

2
Avatar Mr_Carnby
6
Mr_Carnby ·
  • 1
  • 2