👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Excellente réalisation sur un scénario très linéaire à propos de la passion. L'on est poussé d'un bord à l'autre sans arrêt : de l'amour démesuré à la simple amitié ou même l'indifférence, de la richesse à la pauvreté la plus totale, de l'illusion à la réalité. Tout cela est fait en restant justement dans l'univers qui lie les personnages : le casino.
Jackie Demaistre ne peut se passer de jouer tandis que Jean Tournier ne peut se lasser de voir la femme dont il est tombé amoureux, et tout deux se perdent entre la soif d'argent pour Jean et le plaisir de jouer infiniment ainsi que de gagner pour Jackie. C'est le jeu des passion qui se révèle très intéressant.

Premièrement la passion pour le casino de Jackie Demaistre, qui, malgré ses promesses et tous les maux qu'elle peut subir de cette addiction, ne peut s'arrêter de jouer au casino où elle dépense tout son argent pour en regagner le double puis tout reperdre et ainsi de suite.
La deuxième, celle de Jean Tournier pour l'argent. On voit vite que le jeu ne lui passionne pas tant que ça, mais que ce sont les grosses arrivée d'argent qui lui change de son épuisant travail à la banque. Il joue souvent la mesure, préfère l'épargne et les investissement plus durables. On le voit vers la fin du film : les achats précipités par Jackie lui déplaisent fortement mais envahi par l'amour il n'y peut rien.
La dernière passion, la plus intéressante, est celle qui lie les personnages. L'amour entre Jean Tournier et Jackie Demaistre, qui se développe au fil du film par les jeux d'argent. Jean apparaît vite comme un porte bonheur pour Jackie, moyen d'assouvir merveilleusement son addiction au casino. Puis Jackie est pour Jean, simplement une femme face à laquelle il tombe follement amoureux et ne pourrait presque rien lui refuser.

Ce sont ces affects qui attachent les personnages et qui les font se perdre pour en fin de compte se retrouver à chaque instant, que ce soit dans la misère, ou dans la richesse. Le spectateur est alors tourmenté tout le long du film entre les passions qui se battent entre elles comme entre les personnages. On le voit sans arrêt : Jean qui ne veut que partager son amour avec Jackie, mais qui a peur de sans arrêt tout perdre (pour que les rôle s'inverse même, vers la fin du film), tandis que Jackie, qui ne peut se passer de jouer, mais qui finit par tomber, elle aussi, amoureuse de son porte-bonheur comme on le voit très bien à la fin.

Abosseur
10
Écrit par

il y a 2 ans

La Baie des anges
PatrickBraganti
10

Pas de deux entre hasard et destin

Après Lola, Les Parapluies de Cherbourg et bientôt les Demoiselles de Rochefort, la petite bande de Jacques Demy (sa famille et quelques techniciens) a également restauré La Baie des anges, film...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

La Baie des anges
Alienure
8

Efficace

Profane que je suis, je l'ai préféré au peu que j'ai vu jusqu'ici de la Nouvelle Vague alors qu'il n'est classé que 35ème dans le top qui lui est consacré et c'est Jacques Demy à la réalisation, non...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

5

La Baie des anges
EricDebarnot
7

Descente aux enfers...

La première chose qui saute aux yeux à revoir "la Baie des Anges" après des années d'oubli, et jusqu'à ce qu'un commentaire enthousiaste de Garrel m'y fasse repenser, c'est combien ce film âpre,...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

Sylvia Scarlett
Abosseur
4

Décevant.

"Sylvia Scarlette" relate l'histoire d'une fille se nomma Sylvia , quittant la France pour l'Angleterre avec et à cause de son père Henry. Sylvia va d'ailleurs se travestir en homme afin de ne pas se...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Rendez-vous avec la peur
Abosseur
6

Critique de Rendez-vous avec la peur par Abosseur

Vraiment déçu par le film dans la mesure où, en soit le film est bien réalisé, mais l'apparition du monstre rend le tout un peu décevant. Là où on aurait pu laisser le spectateur douter entre une...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

La Chèvre
Abosseur
8
La Chèvre

Vous avez de la chance, vous avez de la chance...

Du génie tout simplement. Toujours la petite touche de Francis Véber. Deux personnages radicalement opposés contraints à devoir coopérer pour parvenir à leurs objectifs. S'ensuit bon nombre de...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime