👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Profane que je suis, je l'ai préféré au peu que j'ai vu jusqu'ici de la Nouvelle Vague alors qu'il n'est classé que 35ème dans le top qui lui est consacré et c'est Jacques Demy à la réalisation, non Godard ou Truffaut. Mieux que les 400 coups, mieux que Pierrot le Fou. A mon tour de me demander ce qu'est exactement que le cinéma ! Mieux qu'à bout de souffle, imprimé d'un rythme plus lent dans sa course vers le néant. Peut-être ai-je eu moins de difficultés à me sentir proche d'un addict au jeu que d'un petit gangster.

Dois-je me flageller? Me rebeller? Je n'ai pas encore la culture suffisante pour assumer et pourtant me voilà à rédiger ma critique. Ce n'est point du Mépris mais je dis : Tant pis. Ce film m'a touché. Tout y est dans une forme condensée, brute. Efficace.

En 1h20, Jacques Demy nous fait vivre l'aventure palpitante de Jean Fournier, jeune employé de banque vivant chez papa, découvrant les joies du casino et l'amour, puis irrémédiablement ses peines. Forcément, il n'y a pas de place pour les temps morts, on se laisse agréablement emporter et pourtant le cerveau turbine.

Il ne s'agit toutefois pas d'une course contre la montre, le temps sait être pris lorsqu'il le faut et le spectateur se sent vibrer, peut-être pas autant que les personnages, à la vue de cette bille qui tourne dans la roulette. L'effet escompté est atteint!

Suis-je sensible à ce point au rythme ?
Si je devais définir ce film en un mot, ce serait : efficace.

Efficace dans son rythme mais aussi dans chaque parcelle de ce qui fait un film.

Efficace dans son découpage. Passage habile d'une scène à une autre. Sans même s'en rendre compte, on part pour un point B et on arrive au point C. Coupé au millimètre pour n'y laisser que l'essentiel.

Efficace dans la photographie. Les contrastes du noir et blanc. La symbolique qui se dégage des couleurs, notamment dans les costumes est évidente.

Efficace dans ses cadrages. L'effet de récence nous laissera surtout en mémoire le plan qui clôture le film.

Efficace dans sa musique. Imprimée par touche. De piano.

Efficace dans son jeu d'acteurs. Tout en justesse : Jeanne Moreau en MILF addict (j'espère faire dresser quelques cheveux, pourquoi pas blonds platine) et Claude Mann en contrasté jeune candide lucide emporté malgré lui par la première.

Efficace dans son scénario. A l'image de la Nouvelle Vague, épuré. Simple et complexe à la fois. Intelligent, il ne tombe pas dans le piège du film qui nous sert une morale sur un plateau.

Et finalement, efficace dans sa conclusion qui ne s'éternise pas.

La Baie des anges
PatrickBraganti
10

Pas de deux entre hasard et destin

Après Lola, Les Parapluies de Cherbourg et bientôt les Demoiselles de Rochefort, la petite bande de Jacques Demy (sa famille et quelques techniciens) a également restauré La Baie des anges, film...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

La Baie des anges
Alienure
8

Efficace

Profane que je suis, je l'ai préféré au peu que j'ai vu jusqu'ici de la Nouvelle Vague alors qu'il n'est classé que 35ème dans le top qui lui est consacré et c'est Jacques Demy à la réalisation, non...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

5

La Baie des anges
EricDebarnot
7

Descente aux enfers...

La première chose qui saute aux yeux à revoir "la Baie des Anges" après des années d'oubli, et jusqu'à ce qu'un commentaire enthousiaste de Garrel m'y fasse repenser, c'est combien ce film âpre,...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

Pleasure
Alienure
7
Pleasure

Behind the scenes

Quelques chiffres pour introduire le sujet : Chaque seconde, 28,258 internautes sont en train de visionner du porno, et chaque seconde toujours, $3,075 sont dépensés en abonnements divers à des...

Lire la critique

il y a 7 mois

23 j'aime

10

Vivarium
Alienure
7
Vivarium

Un Mother! like en mode film indépendant

Difficile de faire abstraction du contexte pour critiquer ce film pour lequel on se prend inexorablement d'affection. J'ai croisé moins de 10 usagers au Kinépolis Lomme (le plus grand multiplexe de...

Lire la critique

il y a 2 ans

23 j'aime

2

John Wick : Parabellum
Alienure
7

Excellent No Brain

Quand tu vas voir John Wick 3, généralement, c'est que tu as déjà vu les 2 premiers opus et tu sais à quoi t'attendre! (Puis si tu ne l'as pas vu, tu en as au moins entendu parler, à moins de vivre...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

3