Avis sur

La Ballade de Bruno

Avatar Johannes Roger
Critique publiée par le

« Stroszek » (La ballade de Bruno) doit sa petite réputation (morbide) au fait que ce fut le dernier film qu’aurait regardé Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, avant de se suicider.
Bruno, marginal et musicien, sort de prison, il renoue avec Eva, une jeune prostitué malmenée par ses souteneurs. Battu et humilié, le couple décide de migrer vers les états unis pour se faire une nouvelle vie. Le rêve américain chez Herzog n’existe pas, c’est un miroir aux alouettes. Mobile home sinistre, garage crasseux et mornes plaines en guise d’horizon, le peu que Bruno arrive à gagner il le perd, Eva retombe dans la prostitution et notre anti-héros termine sa triste ballade avec une balle dans la tête en haut d’un téléphérique. Herzog filme le tout de manière cru et naturaliste, évacuant tout artifices, renouant avec les ambiances de folie dont il est coutumier dans les 15 dernières minutes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 151 fois
1 apprécie

Autres actions de Johannes Roger La Ballade de Bruno