👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le film par sa forme d’anthologie laissait présager une succession de pastiches revisitant l’histoire du Western, et ce d’autant plus qu’il succède au métafilmique Avé César qui courait après une pétulance sans jamais l’atteindre, la faute à des gags inégaux. Il surprend pourtant par la cohérence thématique de ses segments et par un sens du comique retrouvé.

La vanité de nos ambitions procédant autant qu’elle essaie de s’opposer à la fugacité de nos vies fragiles, un thème récurrent de la filmographie des Coen, passe ici au premier plan, aidé par le contexte historique, la conquête de l’Ouest, époque pendant laquelle un regard de travers vous valait du plomb dans le torse, et où une nature grandiose restait indifférente à vos espoirs déçus. Leurs détracteurs insensibles à cette ironie ne pourront continuer de confondre propos et forme (le « tout ça pour ça » engendré a posteriori en repensant aux chutes) devant au moins deux épisodes.

Le premier et le plus bluffant est celui avec Liam Neeson en impresario menant un cirque itinérant miteux. Comportant deux personnages seulement, qui rappellent que les Coen aiment autant les personnages taciturnes et renfrognés que bavards et savants, il s’achève après avoir distillé un savant mélange de malaise et d'amusement, dans un comique glaçant dont l’horreur suggérée attaque le capitalisme avec force. Comme devant les prestations de Llewyn Davis, le spectateur ne sait quoi penser de ce qui est donné à voir.

Le deuxième qui suit un convoi de caravanes appartient à la même veine réaliste que l'opus précité. Toutes les scènes sonnent justes. Les personnages émeuvent par leurs empêchements très bien suggérés par leurs répliques et réactions.

L'ultime sketch, le plus ouvertement allégorique, un huis-clos dans une diligence finit de consacrer cet assemblage comme un grand film mineur, un diamant noir.

Cactus121
10
Écrit par

il y a 3 ans

2 j'aime

La Ballade de Buster Scruggs
guyness
8

Sketches of pain

La fin du ouest terne. Le Western semblait à tout jamais condamné. Oh, pas à disparaitre, puisqu'il ne cesse de renaitre, certes pas comme un genre qui produisit entre 50 et 100 productions par an à...

Lire la critique

il y a 3 ans

90 j'aime

19

La Ballade de Buster Scruggs
Vincent_Ruozzi
8

Western Tales

Pour Joel et Ethan Coen, le Western ne relève pas de la terre inexplorée. Ils avaient avec True Grit rendu un bel hommage au genre avec son duo improbable menant une difficile vengeance. Dans La...

Lire la critique

il y a 3 ans

64 j'aime

12

La Ballade de Buster Scruggs
EricDebarnot
9

Plaisir du cinéma, plaisir de la lecture...

"La Ballade de Buster Scruggs" était un film sacrément attendu au tournant, et ce pour au moins deux bonnes raisons. D'abord on espérait revoir ces grands cinéastes que sont devenus les Frères Coen...

Lire la critique

il y a 3 ans

62 j'aime

6

Play
Cactus121
9
Play

Zones sombres

Dire oui à une première question augmente la probabilité de répondre par l'affirmative à la question suivante – technique bien connue des séducteurs. C'est ainsi que trois ados favorisés se...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

Fargo
Cactus121
9
Fargo

Nouvelles neiges - saison 3

Le hasard naît de la rencontre entre deux séries causales dit-on. C'est sur ce principe que sont construites les 3 saisons de Fargo. Ici la rivalité entre deux frères se heurte à l'irruption d'un...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

Barton Fink
Cactus121
10
Barton Fink

If I were in your shoes...

Barton Fink est un film dont je pourrais couvrir le visionnage par un flot de paroles tant chacun de ses éléments (lignes de dialogues, symboles visuels, mouvement de caméra...) invitent à l'analyse,...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime