Affiche La Boulangère de Monceau

Critiques de La Boulangère de Monceau

Court-métrage de (1962)

  • 1
  • 2

Et à la fin...

Et à la fin, c’est Rohmer qui gagne. Contre Rivette, le pesant, l’encalçonné de la doxa qui l’évinça des Cahiers du Cinéma, contre les théories et les ukases, c’est Rohmer qui gagne. Évidemment, ça ne se voit pas tout de suite. En tout cas, ça ne s’est pas vu, puisque Rohmer, classé dans la Nouvelle vague ne reçut pas le succès public d’emblée que ceux qui partageaient la... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

18 4
Avatar Impétueux
7
Impétueux ·

Une grâce croissante

En 22 minutes d'une grâce croissante, Rohmer, alors débutant, déploie les prémisses de son futur cinéma : amour de la rue parisienne, trajectoires physiques et stratégies amoureuses, sensualité des jeunes femmes, confusion des sentiments chez de jeunes adultes pris entre rituels sociaux et préjugés absurdes... Tout est là, sans aucun moralisme lourd (oui, je sais que ça... Lire l'avis à propos de La Boulangère de Monceau

7 3
Avatar Eric Pokespagne
7
Eric Pokespagne ·

Coup de maître

Tout l’univers de Rohmer est posé dans ce court-métrage d’introduction à la série des contes moraux. 23 Minutes d’une intensité incroyable, dans lesquelles le réalisateur réussit le tour de force de construire une histoire et d’ébaucher les thématiques qui seront développées dans les cinq films suivants : marivaudage, sensualité, hésitations amoureuses du héros rohmérien (Barbet... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

5 4
Avatar Yoshii
8
Yoshii ·

Harcèlement de rue

Les contes moraux ce n'est vraiment pas ce que je préfère chez Rohmer, mais celui-là, le premier de tous j'ai adoré. Alors je ne veux pas dire que c'est plus riche que ma nuit chez Maud, que le genou de Claire, etc, mais quel plaisir de voir cette structure connue sous sa forme la plus simple, la plus pure, ici vu que ça ne dure qu'une vingtaine de minutes il n'y a aucun temps mort, tout est... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

4 1
Avatar Moizi
9
Moizi ·

Critique de La Boulangère de Monceau par bobylapinte

Allez go! C'est l'été, les jupes sont courtes, les décolletés plongent et on va tous courir dans la salle miteuse-qui-sent-le cheveux-gras de cinéma de quartier voir les films de Rohmer et apprendre à parfaire nos techniques de drague. C'est que le bougre s'y connait un peu en la matière. Il a passé sa vie a les filmer. Éconduites, maladroites, directes, tordues...tout y passe pour décrire les... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

4
Avatar bobylapinte
7
bobylapinte ·

Pas dans la rue !

La séduction n'est pas un long fleuve tranquille. La blonde ou la brune ? Thème récurent dans la filmographie de Rohmer et toujours traité de manière délicate. C'est précisément filmé de manière insouciante tout comme le personnage qui, en pleine préparation de concours, s'autorise à aller séduire. L'autre force de ce film est le dialogue ainsi que l'utilisation de la voix intérieure pour... Lire l'avis à propos de La Boulangère de Monceau

1
Avatar Vanbach
8
Vanbach ·

Critique de La Boulangère de Monceau par Alligator

Histoire d'un marivaudage dans les années 60, un peu guindé, un peu cruel, mais très bien filmé, façon documentaire, avec un montage serré, vif et élégant à la fois. Le commentaire du personnage donne en effet plus de réalisme à son histoire marquée par une sincérité sans faille qui fait alors songer à un journal intime en images. Barbet Schroeder avec ses épaules de déménageur envahit l'écran,... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

3
Avatar Alligator
7
Alligator ·

En t'attendant.

La singularité de ce moyen métrage est de créer ce dispositif parallèle où le garçon, afin de palier à l’absence de celle qu’il s’est convaincu d’être sa promise (et le sera puisque le film se ferme sur ses mots nous annonçant, en sortant de la fameuse boulangerie dans laquelle sa boulangère n’est plus, qu’il est marié depuis six mois) se met à batifoler autour d’une jeune boulangère dont il... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

3
Avatar JanosValuska
7
JanosValuska ·

Laisse moi toucher tes deux madeleines

Premier des Six Contes Moraux de Rohmer, La Boualngère de Monceau sert à donner le squelette de ce que seront les 5 autres films, dont le magique Ma Nuit chez Maud. Le personnage principal, un étudiant sans nom, va bientôt passer son examen oral pour ses études de droit. C'est l'été à Paris et il révise assidument. Il croise, quasiment tous les jours, une belle jeune femme blonde, sophistiquée,... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

3
Avatar mavhoc
5
mavhoc ·

L'attente et les sablés.

Je parlais, il y a peu, dans une autre critique, du flegme de Madame Varda, ici c'est celui de Rohmer qui m'épate. Dans ce court métrage du début des années 60, on retrouve Mr Schroeder en personne nouer les liens d'une petite intrigue de quartier près de la rue Lebouteux à Paris. L'histoire est fraîche, flegmatique et enivrante encore qu'assez naïve et désinvolte ! Nonobstant cela, le... Lire la critique de La Boulangère de Monceau

2
Avatar Tob
8
Tob ·
  • 1
  • 2