Sébastien Patoche a mieux exploité le sujet, c'est dire

Avis sur La Cartouche

Avatar Andréa La Perna
Critique publiée par le

Youtube connaît une déferlante de court-métrages écrits et réalisés par des vidéastes amateurs devenus "célèbres". En soi, ce n'est pas une mauvaise chose, c'est même plutôt bien puisque ça favorise une sorte d'élan de créativité. Problème, le public devient exigeant à mesure qu'on lui sert à voir, et ce genre de court-métrage ne semble avoir été réalisé que dans le but de suivre une mode, et de profiter de celle-ci.

Raté. La Cartouche n'est pas drôle, le scénario aurait pu être celui d'un gosse de 10 ans et il brasse beaucoup de clichés. Je pensais au départ qu'il y avait de l'ironie, et qu'il fallait prendre de la distance par rapport aux messages tenus par la vidéo, mais j'ai vite déchanté.

Les gags sont extrêmement prévisibles, tout comme le scénario dans lequel ils s'inscrivent. En gros, deux geeks (et donc forcément cons et moches, bien sûr) tombent sur une cartouche rare de jeu vidéo, se disputent, et se réconcilient. Voilà, merci Cyprien. Vous retrouvez bien sûr l'éternel gag de la peau de banane (qui passe déjà ric-rac dans le film Babysitting) ou encore le plan sur la cartouche, tirée des deux côtés par les deux protagonistes qui se la disputent. Aucun message fort, la fin à l'eau de rose donne envie de boire son propre vomi... Enfin bref, je n'ai pas envie de perdre mon temps à tous les énumérer.

On se demande finalement pourquoi Cyprien a ressenti le besoin d'écrire ce court-métrage. Techniquement le montage est plutôt bon, les transitions du début sont plutôt bonnes, mais rien d'original ne ressort de la vidéo, si ce n'est peut-être le jeu sur les musiques des jeux Mario, adaptées aux scènes de l'histoire. Mais là encore, la vacuité de la vidéo est tellement forte que l'on voit à mille kilomètres que tout repose sur ce jeu musical. Et comme la subtilité n'est décidément pas le fort de Cyprien (même s'il est capable de faire des choses relativement drôles), il insiste lourdement dessus.

Et que dire du message véhiculé par le "film"? Un homme doit se battre et baiser pour être un homme: bienvenue à Réac City. L'omniprésence gênante de l'insulte "puceau" est même caractéristique de la nullité de la vidéo. C'est une sorte d'attaque généralement utilisée par des gens qui n'ont rien à dire pour se sentir supérieur à quelqu'un d'autre. Et bein, cette vidéo c'est la même chose. Cyprien veut se mettre au niveau d'Antoine Daniel ou des films de Golden Moustache, et il chute lourdement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 715 fois
13 apprécient

Autres actions de Andréa La Perna La Cartouche