U.S Army Down

Avis sur La Chute du faucon noir

Avatar The Lizard King
Critique publiée par le

Relatant avec exactitude les évènements du 3 au 4 Octobre 1993 à Mogadiscio, Black Hawk Down se permet donc de montrer le "God of War" (soit l'appareil militaire US) mis à,genou par le SNA (Somali National Alliance) dirigé par Mohamed Farrah Aidid.

Ce qui ne devait être qu'une opération visant à arrêter deux des Lieutenants d'Aidid (Omar Salad et Abdi Hassan Awale), se termina en deux jours d'affrontements musclés.
En effet, alors que les soldats du Task Ranger Force descendaient en rappel de l'hélicoptère de combat MH-60 (nom de code Black Hawk), le pilote de celui-ci dû éviter un tir de roquette, ce qui déséquilibra le soldat Todd Blackburn.
Il chuta de 10 mètres de hauteurs et tandis que ses collègues lui portaient secours, les miliciens du SNA lancèrent une autre roquette sur le Black Hawk.
Ce fut alors l'escalade dans la violence...

Cet évènement peu glorieux pour l'appareil militaire US, fut relaté dans le livre de Mark Bowden dont les droits furent rapidement acquis par Jerry Bruckheimer, à la demande du réalisateur Simon West.

Celui-ci voulait donc le réaliser mais il préféra en fin de compte se tourner vers l'adaptation du jeu Tomb Raider (et le monde l'en remercie, sans quoi Black Hawk Down eût été un film mal foutu!!!).

C'est donc Ridley Scott qui prit la place du réalisateur, tandis que le script fut écrit par Ken Nolan, sur la base du premier draft effectué par Bowden lui-même...mais pas que !
En effet, des réécritures furent effectuées par:

  • Steven Gaghan (Traffic et Syriana),
  • Ezna Sands (Chloe and Theo),
  • Steven Zaillian (Mission: Impossible),
  • Eric Roth (Munich)
  • et même Sam Shepard...

Même si le nombre de personnages du film fut réduit drastiquement (de 100 à 39) et si quelques menus arrangements virent le jour:

  • la question quant à l'utilité première de la mission ayant abouti à cet échec,
  • celle concernant la brutalité de la guerre dans ce contexte précis,
  • quelques exactions de certains soldat, comme la scène décrivant un prisonnier blessé giflé gratuitement,
  • les victimes collatérales civiles (plus de 1000) lors de cette mission de sauvetage,
  • l'implication "intensive" de l'armée US (qui a même prêté ses appareils du 160ème Régiment Spécial des Opérations Aériennes et l'emploi de consultants militaire uniquement, au détriment de celui des Somaliens,
  • le soldat Grimes du film s'appelait en fait Stebbins, mais comme celui-ci fut jugé et condamné en Cour Martiale pour de graves faits, son nom fut escamoté...

Malgré ces franches coupures du script original, la majeure partie reprend les évènements tels quels.

Tourné au Maroc (les villes de Salé et Rabat figurant le Quartier de la Mer Noire de Mogadiscio) avec un casting 5 étoiles, Scott livre le meilleur film de guerre moderne: sale, brutal et désespéré.

Car -contrairement à la majorité des films de ce genre-, l'ennemi ici n'est pas une armée étrangère, mais une partie de la population qui adhère aux idées d'un chef de guerre auto-proclamé.

Même si la toute fin du film tend un peu trop vers un patriotisme exacerbé, Black Hawk Down dans sa globalité, est un film puissant et sans concession sur un échec cinglant d'une Super-Puissance (puisque Clinton demanda le retrait de ses troupes de Somalie en 1994) contre une horde de civils n'ayant rien à perdre, sinon se battre pour leurs idéaux (même si ceux-ci ne sont guère louables)...

Ridley Scott été encore un vrai réalisateur à cette époque, ce qui est d'autant plus regrettable au vu de ses dernières performances...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 873 fois
14 apprécient

The Lizard King a ajouté ce film à 2 listes La Chute du faucon noir

Autres actions de The Lizard King La Chute du faucon noir