Affiche La Cité de la violence

Critiques de La Cité de la violence

Film de (1970)

La femme et les hommes

Un film qui commence avec une nana dévêtue ne peut que devenir un classique au fil du temps. Et ce n'est pas la présence de Bronson qui va contredire ce fait. "La cité de la violence" m'a surpris. A vrai dire je m'attendais à une petite série B sympatoche dans la lignée d'un Deathwish. Et bien ça n'a rien à voir. Le titre est d'autant plus trompeur que la violence est plus rare que prévue. En... Lire la critique de La Cité de la violence

6 4
Avatar Fatpooper
8
Fatpooper ·

Killing me hardly

Mis en image par Sergio Sollima et son sens du cadre affûté, bercé par les jolies compositions d'Ennio Morricone, la cité de la violence ne manque pas d'arguments pour nous acquérir à sa cause. Celle d'un revenge movie atypique où les exécutions sont sommaires et efficaces, mais plutôt rares. Point de narration en deux actes souvent caractéristiques du genre (soit j'te la fais à l'envers, et... Lire la critique de La Cité de la violence

5 4
Avatar oso
7
oso ·

LA CITE DE LA VIOLENCE de Sergio Sollima

Commençons par dire dans un premier temps les qualités du film : Une scène d’ouverture qui commence à tombeau ouvert. Une scène finale d’une cabine d’ascenseur qui donne sur l’extérieur de l’immeuble et un sniper qui la prend pour cible tout aussi marquante. Une Jill Ireland qui n’est pas que la femme de Charles Bronson. Elle a un joli talent pour jouer les femmes fatales. Charles Bronson est... Lire l'avis à propos de La Cité de la violence

2
Avatar littlebigxav
6
littlebigxav ·

Critique de La Cité de la violence par Mickaël Barbato

Des courses de bagnoles comme s'il en pleuvait, des zooms à tout bout de champ, du rosage de blondasse en bonne et due forme : pas de doute, on est bien devant un polar italien des 70's. Seulement voilà, le film est beaucoup trop long. Les fameuses scènes de bagnole durent une plombe, et sont assez ridicules de déjà-vu (même si on n'atteint pas le niveau du boss Lenzi), Jill Ireland est tout... Lire la critique de La Cité de la violence

2 2
Avatar Mickaël Barbato
6
Mickaël Barbato ·

Vous l'avez cherché, vous l'aurez voulu!

Les années septante, une décennie difficile: les guérillas urbaines déchirent les mégapoles américains, et la justice est impuissante. C'est sur... c'est une décennie pour les durs, les vrais, avant Schwarzy et Stallone, c'est l'époque où le port de la moustache et les poils sur le torses sont obligatoires si on veut pouvoir rouler des mécaniques dans un bar de motards. C'était pas les salles de... Lire l'avis à propos de La Cité de la violence

2
Avatar Mothey
7
Mothey ·

Critique de La Cité de la violence par Jérôme Richenauer

Les années 70 sont réputées pour leurs polars. Personnellement j'aime beaucoup les films policiers de cette époque, cette ambiance particulière. Nous avons donc la moustache avec, derrière, son Charles Bronson. Lui, c'est Jeff Heston. Tueur professionnel qui, lors d'une ballade avec sa chère et tendre Vanessa, jouée par l’enivrante Jill Ireland, se retrouve poursuivi. Poursuite où il se fera... Lire la critique de La Cité de la violence

Avatar Jérôme Richenauer
6
Jérôme Richenauer ·

Critique de La Cité de la violence par HenriMesquidaJr

Quelques longueurs en moins, un personnage féminin à l’ambiguïté plus affirmée auraient plus faire de ce film un grand classique. Reste un très bon Bronson et l'élégante mise en scène de Sollima. C'est déjà bien. Lire la critique de La Cité de la violence

Avatar HenriMesquidaJr
6
HenriMesquidaJr ·

Le flingueur

Réalisé en 1970, Città Violenta est la première incursion du réalisateur italien Sergio Sollima dans le polar. Après avoir débuté sa carrière en réalisant quelques euro-spy (la série des 3S3, voguant sur le succès des James Bond) et une excellente trilogie westernienne, dont un chef d’œuvre du genre, Le Dernier Face à Face. Au casting, il rassemble une jolie palette d'acteurs... Lire l'avis à propos de La Cité de la violence

1
Avatar Philippe Quevillart
7
Philippe Quevillart ·

Jeff.

C'est avec une course poursuite que s'ouvre le film,il n'y a rien de tel pour accrocher que de l'action,enfin encore faut il que ça soit bien fait et là c'est bien fait. Le rythme du film ne va pas rester celui de l'introduction,on est ici dans un polar efficace et bien mené. Pendant un bon moment on est dans le flou sur ce qui se passe,les cartes vont se dévoilées une à une. Durant tout son... Lire l'avis à propos de La Cité de la violence

1
Avatar Heurt
7
Heurt ·