Affiche La Colline des hommes perdus

Critiques de La Colline des hommes perdus

Film de (1965)

Ils m’ont dit de m’essouffler là-haut sur la colline…

(Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs : Taurusel) The Hill. Comme bien souvent, le titre original est chez Lumet d’une densité parfaite. Tout se résume en effet à cette colline, construction artificielle au sein d’un camp d’emprisonnement, que les détenus sont condamnés à gravir et redescendre en guise de châtiment. Dévorant ses petits Sisyphe, la colline est l’archétype de l’absurdité, de... Lire l'avis à propos de La Colline des hommes perdus

86 15
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Le lourd fardeau de l'homme blanc

Pour cette 50ème critique, j’ai souhaité continuer mon épopée d’un réalisateur qui a contribué à ma passion pour le cinéma : Sidney Lumet, réalisateur de films comptant parmi mes préférés : Point Limite, A bout de course, 12 hommes en colère, Network et enfin La colline des hommes perdus sur lequel j’ai aujourd’hui jeté mon dévolu. L’action prend place en Lybie, dans l’aridité et la chaleur... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

48 19
Avatar Deleuze
9
Deleuze ·

L'Écossé qui gravit une colline...

L'homme contre un système tout-puissant, incontrôlable, pourri de l'intérieur, voici l'une des préoccupations majeures de Lumet. Tout le long de sa filmographie, il reviendra sur ce thème, le peaufinera, le passera à différents cribles, l'étudiera sous toutes les coutures. Dès son premier film, il annonce la couleur. Douze hommes en colère est l'archétype de ce schéma... Lire l'avis à propos de La Colline des hommes perdus

36 10
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·

The fool on the hill

LA COLLINE la réalisation: sans doute fortement décriée par les anciens de l'époque parce que franchement assez osée, elle a du dans le même temps être portée aux nues par les modernes. Ces plans où l'on voit à travers les yeux des détenus, ces mouvements de grues (quelle intro !) sont magnifiques et complètement signifiants. Un régal. Sidney Lumet, quoi. DES HOMMES les acteurs: un sans faute... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

42 3
Avatar guyness
8
guyness ·

Têtes brûlées

Aplati par un soleil acharné à cuire tout ce qui se passe à ses pieds, un camp disciplinaire britannique vit à en marge de la seconde guerre mondiale dans le désert de Libye. L'armée de sa majesté y envoie tout ce qu'elle considère comme déchets. Déserteurs, francs-tireurs, grandes gueules et bras cassés se retrouvent prisonniers entre ces 4 murs. Des murs chauffés à blanc pour mieux... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

29 5
Avatar Liverbird
8
Liverbird ·

STEVENS, STEVENS, STEVENS !

Mais quelle claque, j'ai l'impression de me répéter quand je parle de Lumet, mais que dire d'autre, depuis que j'ai découvert 12 Angry Men il y a quelques années. Ce prodige du cinéma Américain sait tout faire et à chaque fois qu'il s'attaque à un sujet, il nous transporte littéralement dans l'univers qu'il traite, que ce soir une salle de procès, une banque, ou un journal, l'effet est le même... Lire l'avis à propos de La Colline des hommes perdus

33 2
Avatar Gwimdor
9
Gwimdor ·

Full Metal Spirit

Libye, seconde guerre mondiale, cinq soldats britanniques, un noir, un gros, un costaud, un faible et un gradé teigneux (Sean Connery), débarquent dans une prison militaire menée de main de fer par l'adjudant chef Wilson, modèle impartial de discipline à l'ancienne, dont l'autorité incontestée passe presque devant celle du commandant, plus enclin lui à signer la paperasse et se taper des fesses.... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

39 2
Avatar drélium
8
drélium ·

Odieux sévices de sa majesté

Se dressant au milieu du camp, la colline domine le camp. Impassible et insensible, elle trône tel un trophée qui fait la fierté du commandant. Entourée d’une fournaise que seule la nuit peut atténuer, l’édifice est le témoin des pires sévices dont les exécutants ne sont d’autres que des soldats assoiffés de pouvoir et aveuglés par leur autorité. Démesure de l’ambition ou sadisme enfouit,... Lire l'avis à propos de La Colline des hommes perdus

31 3
Avatar La-Li-Lu-Le-Lo
9
La-Li-Lu-Le-Lo ·

Run to the hills, run for your lives

Lors de la seconde guerre mondiale l'armée britannique dresse, en territoire libyen, un camp de redressement pour rééduquer les soldats de sa majesté qui sont sortis du rang. Au programme : brimades, discipline de fer et exercices sous le soleil de plomb. Parmi les sévices de ce club med d'avant-garde il y a : la colline, énorme monticule de sable que les pensionnaires doivent monter et... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

28 3
Avatar Plug_In_Papa
9
Plug_In_Papa ·

Un seul homme suffit…

Si vous avez aimé le Sidney Lumet de Douze hommes en colère, celui-ci vous déconcertera. Pour son premier film, Lumet était d'un optimisme réconfortant : un seul juste suffit pour sauver le monde ou, au minimum, épargner la vie d'un accusé potentiellement innocent. Huit ans plus tard, il s'emploie, avec le même... Lire la critique de La Colline des hommes perdus

31 2
Avatar Step de Boisse
8
Step de Boisse ·