Affiche La Colline des potences

La Colline des potences

(1959)

The Hanging Tree

12345678910
Quand ?
7.2
  1. 0
  2. 2
  3. 2
  4. 4
  5. 27
  6. 69
  7. 146
  8. 113
  9. 28
  10. 14
  • 405
  • 43
  • 290

Un jeune voleur de pépites d'or s'enfuit en toute hâte, blessé, du lieu de son méfait et est accueilli par le docteur Joseph Trail. Il le soigne et le cache de ceux qui sont à ses trousses. En échange, le malfrat promet au médecin de travailler à son service. Un jour, ils apprennent qu'une femme...

Casting : acteurs principauxLa Colline des potences
Casting complet du film La Colline des potences
Match des critiques
les meilleurs avis
La Colline des potences
VS
Adieu Gary Cooper !

Un bon western comme on les aime... Un décor bien planté : un éphémère village de chercheurs d'or dans un paysage de petite montagne. Un héros ténébreux : Gary, que demander de plus ? Une jeune fille en détresse, un ou deux salauds : Karl Malden, sale et bouffon la casquette vissée sur son nez rouge, George C. Scott un peu sacrifié par le scénario. Du poker, de l'alcool, ce qu'il faut de bagarre, et une chanson au générique... En plus de tout cet indispensable, la colline des potences nous...

28 29
Critique de La Colline des potences par raoulle

Pour le scénario et les dialogues d'Elle et Lui on pardonnera toujours tout à Delmer Daves, même ses films démonstratifs et un peu bien pensants. Là, par exemple, cette dénonciation du lynchage avec des lyncheurs trop méchants pour êtres honnêtes, tellement fourbes qu'on les imagine, sans peine, payés par le syndicat des lyncheurs. Sinon, Gary Cooper un peu las et plein de sable dans les articulations, Maria Shell, trop suisse et pommettes roses pour l'occasion, Karl Malden impec comme d'hab,... Lire la critique de La Colline des potences

Critiques : avis d'internautes (27)
La Colline des potences
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de La Colline des potences par voiron

La colline des potences montre l’arrivée d’un médecin dans une petite communauté de chercheurs d’or en 1873 dans le Montana. Le docteur Joe Frail a un passé trouble, joueur de cartes, il s’est installé dans un village de chercheurs d’or, il sauve un voleur et guérit une jeune Suissesse, qui souffrait d’une cécité traumatique. Il est contraint de tuer l’odieux Frenchy pour la protéger, après... Lire l'avis à propos de La Colline des potences

21 4
Avatar voiron
8
voiron ·
Oh, cette eau, Gary

Gary est eau, indispensable à la vie. Gary est art, fourmillements dans le falzar. Eau ou art, tôt ou tard, tu siroteras Gary par petites gorgées dionysiaques. Gary est une source. Mais pas une vulgaire, qui ne servirait qu’à inspirer. Une source de jouvence et de lumière qui, bien informée, jaillit en ruissellements limpides. Gary est un lac, où, à la tombée de la nuit les grands fauves... Lire la critique de La Colline des potences

33 15
Avatar guyness
8
guyness ·
City of fights

André Bazin définit ainsi le sur-western : « Disons que le « sur-western » est un western qui aurait honte de n'être que lui-même et chercherait à justifier son existence par un intérêt supplémentaire : d'ordre esthétique, sociologique, moral, psychologique, politique, érotique... Bref, par quelque valeur extrinsèque au genre et qui est supposée l'enrichir ». (in... Lire l'avis à propos de La Colline des potences

15
Avatar Sergent_Pepper
9
Sergent_Pepper ·
Critique de La Colline des potences par Teklow13

Le docteur Trail, incarné par l’immense Gary Cooper, s’installe dans un camp de chercheurs d'or. Peu après son arrivée il sauve un jeune voleur de pépite blessé et l’engage à son service. Un jour, une diligence est attaquée et la seule survivante est recueillit par le docteur. J’aime beaucoup la façon dont Delmer Daves déroule la narration de ses films. Il prend le soin de garder des zones... Lire l'avis à propos de La Colline des potences

5
Avatar Teklow13
8
Teklow13 ·
Découverte
Gare, gare, Gary Cooper

Peu de westerns auront autant brouillé les pistes. D'habitude, le gentil est gentil (avec parfois une étoile à la boutonnière pour être vraiment sûr) et le méchant est méchant. L'avantage, c'est qu'on s'y retrouve tout de suite. On ne perd pas de temps. D'ailleurs pas de temps à perdre, on a 1 h 30 pour retrouver les bandits. Dans la Colline des potences, le héros, incarné par Gary Cooper, est... Lire la critique de La Colline des potences

17 7
Avatar Pruneau
8
Pruneau ·
Toutes les critiques du film La Colline des potences (27)