Affiche La Couleur pourpre

Critiques de La Couleur pourpre

Film de (1985)

Miss Celie's blues

Cruel destin que le tien Célie. Un père incestueux, un mari qui te traite comme un chien et te sépare de ta soeur. Mais tu supportes tout Célie, tu te fais toute petite, tu encaisses, résignée, ça ne peut pas être pire. Et un jour une éclaircie, Shug Averie apparait et tu existes enfin sister, tu va naitre lentement, ouvrir les yeux pour ne plus les refermer. Ton esprit va réagir et tu vas... Lire la critique de La Couleur pourpre

28 3
Avatar amarie
10
amarie ·

" Nous on chante, on danse, et on crie, c'est seulement pour être aimé. "

Film assez méconnu de Steven Spielberg, La Couleur Pourpre se révèle pourtant être l'un de ses plus beaux, et personnellement un de mes films préférés du réalisateur. Mis en scène avec le savoir-faire de Spielberg, raconté avec ce même savoir-faire, La Couleur Pourpre est une fresque magnifique. Le film est techniquement très bon,... Lire la critique de La Couleur pourpre

11
Avatar E-Stark
9
E-Stark ·

Critique de La Couleur pourpre par Frankoix

Spielberg était un choix surprenant pour adapter le roman à succès d'Alice Walker, qui racontait sous une forme épistolaire les malheurs de Celie, afro-américaine abusée par son père puis maltraitée par un mari violent dans le Sud des Etats-Unis au début du XXème siècle. Un changement radical pour le réalisateur des « Aventuriers de l'Arche Perdue » et d' « E.T. ». A l'arrivée, « La Couleur... Lire la critique de La Couleur pourpre

15
Avatar Frankoix
6
Frankoix ·

Le degré zéro de la mise en scène

L’homme est un primate passé expert dans la reconnaissance des visages. D’un coup d’œil, il est en capacité de jauger l’humeur du passant : manifeste-t-il de la colère, de l’excitation, de la passivité ? Une demi-seconde suffit. Toutefois, dans nos sociétés modernes et complexes, l’appréhension du non verbal se brouille régulièrement : on peut cacher son jeu, feindre, se perdre dans les méandres... Lire l'avis à propos de La Couleur pourpre

38 6
Avatar gallu
2
gallu ·

It's the same old song !

Soit le film qui a lancé toute une vague de films guimauves et complaisants sur la condition des noirs en Amérique, en vogue aujourd'hui, avec l'esthétique académique primaire, la peinture sociétale bien balourde et neuneu, les mêmes gueules d'acteurs qui reviennent à chaque fois (Oprah Winfrey, abonnée à ce genre de rôles ultra-narcissiques)... Et pourtant, comme d'habitude, il n'empêche que... Lire la critique de La Couleur pourpre

5
Avatar MrOrange
4
MrOrange ·

Je suis une femme, je vis dans le sud des USA au début du XXème siècle et je suis noire - VDM

Célie est née à une époque où internet n'existait pas, elle n'a pas eu la chance de s'abonner à free, n'a pas tout compris, n'a jamais pu raconter ses malheurs sur facebook ou vie de merde et a donc été obligée d'apprendre la vie seule. Et on peut dire que ça en met du temps pour qu'elle se réveille la gentille Célie! Les 2h30 du film tournent autour de Célie: de l'opprimée qui se laisse faire... Lire la critique de La Couleur pourpre

6 3
Avatar iori
7
iori ·

Critique de La Couleur pourpre par Silencio

La Couleur Pourpre est un film gâché par son scénario et son pathos indigeste. Pourtant, il traite d'une période et d'une histoire qui m'intéressent énormément : la fin du 19e et le début (jusqu'à la première moitié) du 20e sièlce aux Etats-Unis, et l'histoire des Noirs Américains. On suit donc l'itinéraire d'une femme prénommée Celie (aka Woopi Goldberg) mariée à un goujat qui la bat et la... Lire la critique de La Couleur pourpre

8 1
Avatar Silencio
4
Silencio ·

La femme, elle a jeté l'éponge.

En 1985, soit un an après le succès mondial des deuxièmes péripéties d'Indiana Jones, Steven Spielberg prend le risque d'adapter "La Couleur Pourpre", roman-phare d'Alice Walker et Prix Pulitzer. Alors clairement au sommet, le réalisateur, blanc et juif de surcroît, va narrer la vie dramatique... Lire la critique de La Couleur pourpre

1 1
Avatar MalevolentReviews
7
MalevolentReviews ·

Pour ne plus jamais "broyer du Noir" !

Là, le talentueux mais aussi opportuniste Steven Spielberg délaisse ses héros d'inspiration BD ("E.T." ; "Les Aventuriers de l'Arche perdue") pour filmer adulte et imposer, lui aussi, une figure inoubliable. C'est Célie, noire de peau et du genre oie blanche, la poignante héroïne de "La couleur pourpre". Sur une trentaine d'années (1910-1940), bien plus que le... Lire la critique de La Couleur pourpre

3 4
Avatar Ticket_007
7
Ticket_007 ·

La couleur pourpre

Comme il su le montrer tout au long de sa carrière, Spielberg sait nous imerger dans un univers, créer une atmosphère propice à l'immersion. C'est le cas également ici, avec un casting impeccable. Malheureusement, on sent que l'adaptation du dense prix Pulitzer n'a pas dut etre simple, et l'on se perd parfois dans de mulitples discours. Ceux de la place de la femme au début du siècle, la... Lire l'avis à propos de La Couleur pourpre

3
Avatar Spoof
7
Spoof ·