👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

J'aime beaucoup Orson Welles, mais je dois admettre que le reste de sa carrière paye en quelque sorte la qualité de son premier film. Citizen Kane était un chef d'oeuvre, maîtrisé de bouts en bouts, rien à dire. J'en attendais donc un peu plus venant du même réalisateur en visionnant la Dame de Shangaï. Cependant, il faut reconnaître que Welles est capable de nous plonger dans un film dés la première minute, grâce notamment à une très grande maîtrise du montage mais également à des mouvements de caméra magnifiques. Il sait diriger ses acteurs; Rita Hayworth est par ailleurs sublime dans ce film, et il sait se diriger lui même, c'est un excellent acteur qui apporte beaucoup de charisme et de contenance aux personnages qu'il incarne. Ici, virage à 180° avec un personnage qui subit les actions plus qu'il ne les contrôle, comme antithèse de Charles Foster Kane. On s'attache très rapidement à lui et on croit sans problème à l'histoire d'amour naissante qu'il propose au spectateur. Les deux premiers tiers du films sont donc très intéressants, développant la psychologie de chaque personnage sous l'oeil perplexe de Michael O'Hara. Le dernier tiers quant à lui est tout aussi intéressant et dévoile petit à petit les tenants et aboutissant de l'intrigue développée. Malgré donc quelques longueurs en milieu de film, le tout se suit avec plaisir, mention spéciale à la séquence finale, culte, ayant inspiré plus d'un cinéaste.

Cependant, je n'y ai pas trouvé la virtuosité, l'effervescence et le génie d'un Citizen Kane. La Dame de Shangaï est un bon film, mais souffre de la comparaison avec son aîné, et j'ai bien peur que ce soit la malédiction dont souffrira Orson Welles toute sa carrière. Il n'en reste pas moins un très grand metteur en scène, dont je vais m'empresser de poursuivre la filmographie, et conseille au passage La Dame de Shangaï comme valeur sûre du film noir.
Scorcm83
7
Écrit par

il y a 7 ans

La Dame de Shanghai
Sergent_Pepper
9

Screw the looking glass

L’enquête lacunaire et vouée à l’échec sur le citoyen Kane le disait déjà : il est souvent impossible, chez Welles, d’accéder à la vérité des êtres. Ce n’est pas les rapports mère-fils dans La...

Lire la critique

il y a 5 ans

65 j'aime

3

La Dame de Shanghai
Kalian
10

Lovely Rita

Je ne sais pas pour vous, mais je commence à avoir une idée bien arrêtée de ce que je recherche dans un film noir : Une atmosphère particulière, où le meurtre, le vice, le sexe, la violence et...

Lire la critique

il y a 11 ans

51 j'aime

41

La Dame de Shanghai
SBoisse
8

« Affolés par leur propre sang »

Orson Welles, encore mince et beau, et sa femme Rita Hayworth, au sommet de sa sculpturale beauté. L’enfant terrible du Wisconsin, génial touche à tout, homme de théâtre, de radio et de cinéma,...

Lire la critique

il y a 3 ans

29 j'aime

9

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Scorcm83

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

1

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Les 8 Salopards
Scorcm83
8

Tarantino à son paroxysme

En grand amateur du bonhomme, je ne rate jamais une seule de ses nouvelles oeuvres que j'essaie de ne manquer sous aucun prétexte lors de leur sortie en salle. Pour ce Hateful Eight, j'ai eu la...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

2