Boucherie en gros

Avis sur La Dernière Femme

Avatar 270345
Critique publiée par le

J'ai toujours dit de Ferreri (et de son vivant) tout le mal que je pensais de lui, notamment pour son goût scabreux de transformer les salles de cinéma en porcheries... Je n'y reviendrai pas...L'olibrius cachait son manque de talent derrière des films bouseux à scandales genre "La grande Bouffe" ... N'oublions pas qu'à cette époque, le cinéma prenait un malin plaisir à jouer avec la censure en testant des films obscènes ou provocateurs, pour voir jusqu'où le septième art pouvait aller plus loin ! Ce navet en est un exemple. Le triste sire italien était obsédé par des thèmes morbides aussi réjouissants que l'automutilation, l'exhibition, le suicide, la décadence de la société et de l'être humain...
Je ne tirerai pas sur le corbillard : Ferreri est mort en 1997 à 69 ans d'une crise cardiaque et je n'irai pas cracher sur sa tombe...Le quidam se définissait lui-même comme un cinéaste de mauvais goût mais je considère l'expression comme un doux euphémisme. On se demande d'ailleurs pourquoi Arte a reprogrammé ce film tombé dans l'oubli si ce n'est pour rappeler à quel point l'art cinématographique était tombé aussi bas à la fin des années soixante-dix. Aussi bas du reste que le nombre d'entrées de cette daube qui n'a pas atteint la moitié de celles de la "grande bouffe" Tant mieux, le public s'est ressaisi, comme pour les films X : abondance de biens nuit parfois !
Ce genre de comédies vulgairesn'a pas grandi les acteurs qui s'y sont compromis, genre Piccoli qui jouait tout toujours de la même manière, robotique...
Si on renverse le contenu de cette poubelle, on constatera beaucoup de scènes de Depardieu grassouillet se promenant presque en permanence "à poils" et en exhibant avec ostentation un service trois pièces dont il n'est pas peu fier, et pire en le tâtant fréquemment pour vérifier qu'il est encore là ! Et pire encore, en embrassant le cul tout nu de son rejeton ! Mais le pire du pire vient à la fin et je vous la laisse découvrir ! Si vous "tenez" jusqu'au bout...
Pour faire bonne figure, on devine qu'Ornella Mutti n'a pas été choisie là pour ses talents de comédiennes, mais pour sa plastique qu'elle semble fière de nous exhiber et dont Depardieu use et abuse avec la vulgarité qui peut être la sienne lors d'un tournage : il pète, il rote, et ça le fait toujours rire d'autosatisfaction... Son environnement de figurants ou d'acteur beaucoup moins.
Voici donc un incroyable gâchis de pellicule qui nivelle l'art du cinéma par le bas voire les égouts.
Et qui a échappé au classement X (porno) en ne dépassant pas les outrances de la norme "érotique" et c'est bien dommage. Le résultat est néanmoins le même !
Arte le 13.11.2019

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 328 fois
1 apprécie · 2 n'apprécient pas

Autres actions de 270345 La Dernière Femme