Niaiserie sans fin

Avis sur La Dernière vie de Simon

Avatar Thuguy
Critique publiée par le

Je l'ai vu en Cinexpérience hier soir. Les spectateurs disaient avoir bien apprécié le film et que ça faisait du bien au cinéma qu'il ose prendre des risques (comme si le cinéma français avait besoin de ce genre de merdes alors qu'il est déjà parfait). C'est un premier film donc en soi, j'excuse la merde que c'est. Un peu.

Je vais commencer par ce qui va : le jeu d'acteurs. Je les trouve vraiment bons, notamment Camille Claris. Benjamin Voisin est excellent dans la gêne et le malaise. Martin Karman est parfois en sous-jeu mais ça passe. Les autres acteurs font leur boulot, rien à redire.

Les images sont très belles, la photographie est excellente. Y a un jeu sur les lumières dans la première scène, on croirait presque à un film d'horreur ou à du Jean-Pierre Jeunet (que j'aime... Bien). Un petit plan-séquence au début du film, également, est extrêmement bien géré avec les enfants de l'orphelinat qui courent partout. Excellent.

C'est parfois très drôle, du cynisme assumé.

Mais, le problème du film, c'est sa niaiserie sans fin.

Les gens vont me dire "ouin ouin le spoil ouin ouin c pa jenti" ben arrête-toi de lire maintenant, je raconte la fin.

DONC Simon est "adopté" par la famille Durant. Il s'entend super bien avec Madeleine et Thomas, les deux enfants. Un jour, les 2 garçons jouent dans la forêt et Thomas tombe dans une crevasse et meurt. Simon, qui n'ose pas dire que c'est de sa faute (il ne l'a pas tué mais il a ), décide de se transformer en Thomas et se faire passer pour lui toute son enfance.
Comme me l'a fait remarquer mon ami qui était là, ça veut dire qu'il passe presque 10 ans de sa vie avec une famille qu'il ne connait pas (grands-parents, oncles, tantes, etc.), et que Thomas doit bien être dans une école et avoir des amis, que Simon ne connait pas. Enfin, c'est très bizarre, quoi. Mais bon, comme tout ça est traité en ellipse, c'est pas bien grave.

Le problème est que ça veut être un conte fantastique et une histoire d'amour déchirante mais c'est juste niais.
Y a plein de références aux années 80 genre E.T ou les Goonies. Va falloir arrêter avec la nostalgie, à un moment.

Simon a toujours été amoureux de Madeleine et elle aussi. Du coup, en tant que Thomas, il l'aime toujours en secret. Il va parfois redevenir lui-même pour passer inaperçu (notamment pour manger des frites puisque Thomas ne peut pas en manger -une maladie ou un truc du genre, je crois). Forcément, Madeleine va le croiser et le reconnaitre mais il va se faire passer pour quelqu'un d'autre. Là où l'acteur excelle en benêt et dit s'appeler Michel, ça devient vraiment niais. C'est de la romance adolescente stupide. C'est à dire que les deux se tournent vite autour et genre Madeleine va l'emmener dans ses endroits à elle. Ils s'embrassent, se cajolent. Ils finissent par coucher ensemble. Mais la fin est d'une stupidité.
Quand Madeleine découvre la supercherie, elle oblige Simon à tout avouer aux parents. Quand ça arrive, il s'enfuit de chez lui puis finit par réapparaitre en étant transformé en vieux mais Madeleine sent son aura. Déjà parce que Simon la regarde avec insistance comme un vieux pervers (c'est maintenant puni par la loi, le regard insistant. Heureusement qu'on est dans un drame romantique pour pucelles et pas dans la réalité).
Madeleine, en jeune fille amoureuse depuis l'enfance, s'en va puis retourne vers lui en courant pour l'embrasser et dire "Je t'aime toujours, peu importe à quoi tu ressembles. Emmène-moi avec toi". J'étais plié de rire, vraiment. Alors les deux courent puis Madeleine s'effondre à cause de sa maladie de coeur (elle est malade depuis l'enfance, pour ceux qui lisent sans avoir vu le film).
Simon l'emmène jusqu'à l'hôpital avec sa mère mais la police le cherche. Il se fait passer pour l'inspectrice afin de rentrer dans la chambre de Madeleine et lui "parler seule à seule". C'est alors que la vraie inspectrice débarque et tout le monde découvre le pot-aux-roses. Ils entrent et découvrent Simon allongé près de Madeleine dans le lit, lui tenant la main. Un flacon vide de produit pour s'endormir (je suppose) est posé sur la table et une lettre est chiffonnée sur le corps de Simon avec écrit "SAUVEZ-LA !!" (en lettres capitales, sisi). C'est visible à des kilomètres et c'est ridicule. A la fin, Madeleine est guérie et on range l'urne funéraire de Simon dans le cimetière avec une plaque "Simon Durant" parce qu'il a enfin été accepté par la famille qu'il a légèrement détruite pendant presque dix ans. Nietzsche serait sorti de la salle en vomissant, tellement Simon pue l'Untermensch.

Avec ça, la musique appuie énormément les scènes. C'est extrêmement lourd. De l'amour ? Musique ! De la joie ? Musique ! De la tristesse ? Musique ! De la justesse ? Non. Du vulgaire ? Oui !

Mais en même temps, la bêtise, le mensonge de Simon, on les lui pardonne parce que c'était un enfant. Dieu sait comme les enfants sont cons. Difficile d'assumer d'être en partie responsable de la mort de ton frère adoptif, de devoir le dire aux parents en risquant d'être accusé à tort et de décevoir les seuls qui ont accepté de t'adopter.

Mais ça n'excuse pas le reste du film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1383 fois
11 apprécient · 16 n'apprécient pas

Autres actions de Thuguy La Dernière vie de Simon