Pop-art et subversion font-ils bon ménage ?

Avis sur La Dixième Victime

Avatar TravisBickle
Critique publiée par le

A l'instar d'un Joseph Losey avec Modesty Blaise ou d'un Roger Vadim avec Barbarella, le cinéaste s'offre là une parenthèse récréative dans son œuvre fortement engagée et très politique. Certes, la satire en filigrane porte sur la société italienne – le divorce, le poids du mariage, la guerre des sexes – mais elle prend la forme d'un véritable pot pourri pop art : lumière, décors, costumes, tout Austin Powers est déjà là, en live ! Surtout, la volonté de tirer parti des décors romains antiques – le Colisée, le Temple de Vénus – donne une saveur antique à ces nouveaux jeux de gladiateurs. Etonnant de la part d'un cinéaste qui a souvent filmé de plain pied la société italienne, sans passer par le subterfuge de la BD ou de la parodie de James Bond.
http://blogywoodland.blogspot.fr/2015/01/la-dixieme-victime-attention-labus-de.html
art et subversion font-ils bon ménage ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 203 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de TravisBickle La Dixième Victime