Avis sur

La Famille Bélier

Avatar Mr-Vladdy_Crane
Critique publiée par le

Le film ne sortant qu'au mois de décembre, je n'avais jamais entendu parler de "La famille Bélier" avant que mon cinéma me le propose en avant-première en octobre. Curieux, sans non plus être enthousiaste, je dois même avouer que la présence dans la salle du réalisateur Eric Lartigau et de l'acteur François Damiens y a été pour beaucoup dans mon déplacement.

Au-delà d'avoir passé une très bonne soirée et d'avoir trouvé l'acteur et le réalisateur fort sympathique, je dois reconnaître que j'ai été agréablement surpris par un tel résultat. Vu l'affiche du film, le synopsis (que j'avais lu en diagonale) ainsi que la distribution, je m'attendais un peu à une énième comédie potache française. J'ai rien contre le genre donc ça m'allait mais le scénario écrit par Stanislas Carre de Malberg et Victoria Bedos va un peu plus loin quand même que la simple comédie.

Tout n'est pas parfait, il y a des facilités scénaristiques, des choses que l'on devine comme l'issue finale assez prévisible mais à côté de ça, le traitement fait à ce sujet m'a beaucoup plu. J'ai beaucoup aimé la façon de nous présenter cette famille atypique sans jamais tomber dans la moquerie graveleuse. Il y a un regard porté sur ce handicap et cette façon de vivre avec que j'ai beaucoup aimé. L'émancipation de la jeune fille de la famille est aussi montrée de façon intéressante. Véritable pilier, elle va petit à petit devoir couper le cordon ombilical et s'émanciper afin de vivre sa propre vie tandis que sa famille va devoir s'adapter.

On n'évite pas la surenchère dans certaines situations afin d'agrandir un peu le potentiel comique du récit mais il y a une véritable tendresse qui se dégage également. C'est ainsi qu'on se retrouve en présence d'une comédie dramatique assez fraîche qui soulève quelques points intéressant sans jamais perdre de vue l'objectif de nous faire rire et de nous émouvoir. Certaines répliques (notamment celle de Elmosnino) sont jouissives et il y a des passages très fort qui ont su marquer mon esprit comme celle de Paula qui chante pour son père (je ne spoile pas on en voit un extrait dans la bande annonce). Je pourrais aussi citer la scène finale ou encore celle de Karin Viard avec une bouteille de vin ou la scène d'ouverture... Bref, sans être parfait, ce film ne m'a pas non plus laissé indifférent.

Côté casting, c'est assez réussi. La jeune Louane Emera qui fait ses premiers pas au cinéma et que les amateurs de télévision et de musique ont pu voir dans "The Voice" en 2013 s'en sort bien. Je ne l’ai pas toujours trouvé très crédible en Paula mais c'est justement cette maladresse et cette fraicheur chez elle qui fait qu'on y croit malgré tout. Si elle continue dans le cinéma, on verra bien si son jeu évolue mais j'ai apprécié cette imperfection des débuts que l'on sent associé à une réelle volonté de bien faire et d'être convaincante.

Face à elle pour incarné ses parents, le duo François Damiens - Karin Viard est excellent. Il y a une vraie alchimie qui s'opère entre eux et si les comédiens n'ont aucuns dialogues à prononcer, ils fournissent malgré tout un énorme travail pour le langage des signes. J'ai vite oublié l'image de grands bavards que je pouvais avoir d'eux et ils m’ont semblé vraiment convaincants en sourd. Au-delà de leur travail sur le langage des signes, il y a aussi tout un travail fait sur la gestuelle et les regards que j'ai beaucoup aimé. Si on le voit un peu moins, j'ai bien aimé également Luca Gelberg dans le rôle du frère Quentin.

Roxane Duran en Mathilde est elle aussi très plaisante dans la peau de cette meilleure amie totalement décalé. Tout de suite, on croit en l'amitié qui la lie avec Paula et je dois bien admettre que je l'ai trouvé bien fun. J'aurais bien aimé être ami avec ce genre de personnage et l'actrice lui donne un côté pétillant fort sympathique. J'ai moins accroché à Ilian Bergala qui va faire chavirer le cœur de Paula mais sans que ça m'ait dérangé plus que ça durant ma projection. Je pense que c'est peut-être aussi parce qu'il est parfois un peu trop en retrait dans le scénario (ce que je comprends) et que lorsqu'on le sens vraiment mis en avant, c'est pour les moments musicaux.

Le reste de la distribution fait le boulot mais s’il y en a un qui sort du lot à mes yeux, c'est le toujours excellent Eric Elmosnino en professeur de musique. Le comédien est juste jouissif dans la peau d'un tel personnage abject mais qu'on n'arrive pas à détester. En plus de son charisme, l'acteur est doté de répliques savoureuses et en même temps d'une tendresse dans le regard qui fait qu'on le sent investi par son métier, par sa passion. Gros atout comique du film, j'en regretterai même presque qu'on ne le voit pas un peu plus même si je peux le comprendre.

A la réalisation, j'ai bien aimé la mise en scène d'Eric Lartigau. C'est assez sobre, classique mais efficace pour nous transporter dans son histoire. Le long métrage reste même assez rythmé et ça même si le réalisateur n'a pas pu toujours utiliser le champ-hors champs, devant montrer les différents signes que font les personnages. En ça, il fait même preuve d'une certaine inventivité pour que cela paraisse naturel et jamais redondant. De plus, il joue avec son sujet de très bonne manière à l'image de la scène d'ouverture au petit déjeuner ou celle du concert de la chorale qui montre au passage le très bon travail fait sur le son.

J'ai bien apprécié aussi les différents décors ainsi que les costumes. Ils jouent sur les clichés mais ça passe bien et ça m'a fait sourire. J'ai presque eu envie de me retrouver dans leur ferme et il y a un côté rustique qui colle bien à cette famille. La photographie est pas mal aussi. Il y a certains petits trucs que je n'ai pas forcément saisis comme cette volonté de vouloir filmer Paula dans le bus scolaire mais l'ensemble reste quand même très plaisant. A l'inverse de certaines comédies françaises potache que j'évoquais un peu plus haut et que j'avais peur de retrouver, le long métrage réussit à avoir sa propre âme et sa propre identité. Je sais pas si ça suffira à marquer les esprits mais je pense qu'il mérite en tout cas qu'on le découvre.

La bande originale composée par Evgueni Galperine et Sacha Galperine est elle aussi très bonne et je ne dis pas ça car je reconnais être un amateur des chansons de Michel Sardou. On aurait d'ailleurs peut être pu exploiter un peu plus son répertoire quand je vois son utilisation que ce soit pour l'aspect comique du film ou l'aspect émotionnel. Il y a d'ailleurs un très bon boulot qui a été fait sur les arrangements musicaux et sur les réécritures des paroles qui par moment ont une grande importance comme la scène finale, une de celle qui m'a beaucoup plu. Si ça peut rassurer les réfractaires à Michel Sardou, il ne chante aucune chanson dans le film et j'y suis allé avec une personne n'aimant pas le chanteur mais qui a beaucoup apprécié l'utilisation de son répertoire pourtant. C'est pas forcément gage de qualité mais je préfère le dire car je sais que si j'apprécie le chanteur, c'est loin d'être le cas de tout le monde.

Pour résumer, si "La famille Bélier" n'est pas parfait, le long métrage reste malgré tout une excellente surprise qui a su me faire sourire comme me toucher. Gagner peut être pas l'euphorie de l'avant-première à laquelle j'ai assisté, un second visionnage pourrait être intéressant pour moi en décembre lors de sa sortie en salles mais avec le recul, plus j'y pense et plus je réussis à faire abstractions des quelques petits défauts que j'ai pu voir car je trouve le film vraiment intéressant. Le sujet vaut le détour, le casting est excellent, la mise en scène fait le job et la bande originale qui a son importance est très bien utilisée. Bref, sans crier au chef d'œuvre, c'est pourtant un film que je recommande très chaleureusement et que je ne manquerais pas de revoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4838 fois
30 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de Mr-Vladdy_Crane La Famille Bélier