Il était une bergère...

Avis sur La Femme des steppes, le flic et l'oeuf

Avatar el_blasio
Critique publiée par le

Le cinéaste chinois Wang Quan'an rend un bel hommage à la culture animiste des nomades affrontant la rigueur des étendues de Mongolie avec ce film qui aurait mérité d’être un peu plus ramassé.

Au milieu de l’immensité des steppes mongoles, le cadavre d’une femme et retrouvé par hasard. On charge un agent de police de veiller sur cette scène de crime surréaliste jusqu’à l’arrivée du médecin légiste. Dans ce milieu hostile, il peut compter sur le précieux soutien de « Dinosaure », une jeune bergère solitaire.

Les rugueux paysages de l’Eurasie continentale forment un étonnant décor où le cinéaste Wang Quan'an collisionne amour, crime passionnel, naissance et préhistoire. C’est pourtant à partir d’un dispositif minimaliste qu’il va porter ses grandes ambitions : à peine plus de quatre personnages plongés dans une sorte d’unité de lieu et de temps qui évoque paradoxalement l’espace infini et la nuit des temps. C’est brillant sur bien des aspects : la mise en scène est accrocheuse, rappelant parfois le talent de Sergio Leone à filmer des plaines austères. Le personnage de « Dinosaure » est aussi intriguant que magnifique. La photographie réalisée uniquement à l’éclairage naturel est virtuose. Toutefois, cette histoire simple (mais pas simpliste) a de la peine à tenir en haleine pendant 1h40. La dilatation de la temporalité du récit, faisant résonner fossiles du jurassique avec l’exode rurale des nomades mongoles, est aussi victime de l’étirement du temps provoqué par l’ennui. Outre une longueur disproportionnée par rapport à son scénario, le film est peut-être aussi victime de son étrange introduction, qui s’étend et se prolonge sans vraiment présenter ni les enjeux, ni ses personnages principaux. Le réalisateur n’est aucunement intéressé par le crime qui catalyse le film mais passe beaucoup trop de temps avant d’évacuer cet argument. Il en résulte une certaine difficulté à y rentrer, puis à se laisser emporter par la poésie animiste qui compose le réel sujet de ce long métrage. Néanmoins, pour peu qu’on ne soit pas avide de suspens et d’action, on ne peut que recommander cette surprenante escapade dans le « pays au ciel bleu ».

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 72 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de el_blasio La Femme des steppes, le flic et l'oeuf