Affiche La Fièvre du samedi soir

Critiques de La Fièvre du samedi soir

Film de (1977)

Boïte de Nuit Story

Passons si vous le voulez bien sur le côté kitsch du film, le pantalon patte d'eph' et le col pelle à tarte de Johnny car ce film est le film testament des 70's tels que l'ont vécu les prolos de l'époque. Et rien que pour ça c'est beau! Tony Manero. En voilà un personnage intéressant. Le film, loin d'être un étalage d'une successions de chorégraphies à base de déhanchés, est l'occasion de suivre... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

53 19
Avatar Matrick82
6
Matrick82 ·

Critique de La Fièvre du samedi soir par Gérard_Rocher

Tony Manero, dix neuf ans, vit à Brooklyn. Son existence est morne dans son milieu défavorisé où ses parents le prennent pour un raté. Il travaille six jours sur sept chez un marchand de couleurs à quelques pas de chez lui. Ses seuls compagnons sont ses potes Double J. et Bobby C. avec lesquels il parvient parfois à se défouler. Par contre certains soirs, pour Tony, tout s'illumine sur la... Lire l'avis à propos de La Fièvre du samedi soir

46 21
Avatar Gérard_Rocher
7
Gérard_Rocher ·

Le reflet (pas toujours glorieux) d’une époque

Certes, Travolta porte bien les chemises pelle à tarte et les pattes d’eph. Certes, son solo de danse est assez mythique. Certes, la bande-son disco est excellente. Pour le reste, le film a très mal vieilli et accumule les lourdeurs. Se voulant fresque sociale d’une jeunesse privée d’idéaux et confrontée aux illusions de l’âge adulte, il pâtit de ficelles grossières, d’un jeu moyen, d’une... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

9
Avatar Stéphane Lefèvre
4
Stéphane Lefèvre ·

Tony, t'es le roi ici !

Probablement le film de "jeunes" qui en son temps en 1977, a déclenché un véritable phénomène sociologique, c'était du jamais vu, car ce fut statistiquement parlant l'un des succès les plus rentables à l'époque, une véritable explosion aux Etats-Unis : en 180 jours, le film totalisa 186 496 000 dollars. John Travolta, beau gosse au physique latin qui n'avait tourné que des TV-films et des... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

24 27
Avatar Ugly
9
Ugly ·

Et cette violence, on en parle ?

Déjà je vous préviens, ça va spoiler. Quoique je devais être l'un des derniers à ne pas avoir vu ce film en 2017, vu la tête des gens à qui j'en parlais autour de moi. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais en y allant. Un genre de Grease, en moins chantant je suppose ? HAHA non. Saturday Night Fever, ce n'est pas ça du tout. Ce n'est pas une comédie musicale, ce n'est pas... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

31 8
Avatar Stalaktite
4
Stalaktite ·

Critique de La Fièvre du samedi soir par asiargento

Comment critiquer une époque que je ne connaitrais jamais? Par contre il y a de quoi faire en 1977...l'alcool, le sexe,la drogue,le suicide, la dépression est surtout l'envie de sortir d'un milieu par quelques moyens que ce soit! ah pardon c'était en 1977...mhum..un goût de déjà vu ... Içi Tony n'est pas Montana (je me demande encore pourquoi tel engouement ...sachant qu'AL Pacino était... Lire l'avis à propos de La Fièvre du samedi soir

8 6
Avatar asiargento
9
asiargento ·

DLa Fièvre du Disco

Tony Manero pour rompre la monotonie se rend les samedis soirs en discothèque pour développer ses talents de danseur sur des musiques Disco. Il va rencontrer une jeune femme, Stéphanie Mangano avec qui il va participer à un concours de danse. Le film est le premier à mettre en avant la musique disco dont une partie des morceaux est signée par les Bee Gees. On appréciera le rôle des... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

5
Avatar Jacquesherve
10
Jacquesherve ·

Tony M. les initiales des héros.

On le sait aujourd’hui, l’article de Nik Cohn sur lequel le film est basé n’est qu’un tissu d’inventions de son auteur. Cependant, malgré ces accablantes révélations, Saturday Night Fever est resté un classique. Le deuxième film de John Badham est effectivement une légende du cinéma américain des 70’s, ce qui pourrait paraître étrange pour un simple film de danse ou une simple... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

5
Avatar CeeSnipes
10
CeeSnipes ·

Le Viol du Samedi Soir

Le viol collectif et la misogynie érigés en modèle de coolitude. Sexisme, violence verbale (surtout à l'encontre des femmes), misogynie, machisme, viols... Comment le personnage de Tony a pu rencontrer un tel succès ? Comment a-t-il pu être une source d'inspiration pour autant de pauvres tâches prépubères ? Comment une génération d'abrutis a pu accrocher avec adoration le poster d'un violeur... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

12 10
Avatar Libibalado
1
Libibalado ·

VireVOLTAnt TraVOLTA

et pas de traviole...bon ok.beaucoup de personnes de ma generation denoncent le sexisme emanant du film sans vouloir VOIR reellement ses personnages.ils sont pourtant TOUS illusoires: -annette: mignonne un peu enrobee et au look clinquant cette fille qui traine le soir avec la bande vulgaire de Tony le heros se veut libérée lachée presque pute...alors qu'au fond d'elle-meme elle n'aspire qu'à... Lire la critique de La Fièvre du samedi soir

1
Avatar Sylphide11
7
Sylphide11 ·