👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

(ça spoile par ci par là)
C'est pas parce que l'acteur est charismatique/dans le vent qu'il faut lui faire jouer le pire des connards pour nourrir son sex appeal ou que sais-je.
J'ai arrêté de regarder au bout d'une heure tellement c'était insupportable, et j'en ai vu des films sexistes, misogynes, homophobe, raciste etc. Mais là c'est juste hallucinant, c'est "gratuit" et le perso principal ne semble pas apprendre de ses erreurs, il évolue tel un coq de basse court comme si tout le monde était à son service et sans se poser de question sur sa posture et ses propos toxiques.. les femmes sont des bouts de viande a consommer et a jeter, dont le plaisir et l'avis sont secondaires... les scènes de danse ne font que renforcer ce sentiment d'impunité et de domination quand il vire tout le monde de la piste pour faire ses déhanchés tranquille, quand il s'impose dans la salle de répétition d'une danseuse solo etc. C'est insupportable. La réalisation aussi fait en sorte de le montrer dans cette posture : lorsqu'il rentre dans la discothèque, la caméra est centrée sur lui, il avance dans se retourner, capte un ami qu'il salir du regard, embrasse une meuf sans lui demander son reste, les gens s'écartent, bref : Tony domine la salle par sa présence nauséabonde. Et je dis tout ça sans parler des propos homophobes, racistes, qui ponctuent eux aussi les phrases des personnages masculins, comme pour asseoir encore plus leur domination de mecs blancs gominés. Le propos du film sur la success story d'un mec d'origine modeste ne marche pas tant on ne peut pas se détacher de sa personnalité abjecte indigne. Les scènes dans la famille de Tony (qui sont censées être touchantes, où il est confronté au retour de son frère, adulé par ses parents et sa grand mère) sont fades et ne font pas écho à ce qu'il est dehors, dans son boys club de mecs violents et virils.
C'est triste à dire mais seule la BO est à sauver et ce film ne la mérite pas du tout.

Fhala
4
Écrit par

il y a plus d’un an

2 j'aime

3 commentaires

La Fièvre du samedi soir
Grard_Rocher
7

Critique de La Fièvre du samedi soir par Gérard_Rocher

Tony Manero, dix neuf ans, vit à Brooklyn. Son existence est morne dans son milieu défavorisé où ses parents le prennent pour un raté. Il travaille six jours sur sept chez un marchand de couleurs à...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

21

La Fièvre du samedi soir
Stalaktite
4

Et cette violence, on en parle ?

Déjà je vous préviens, ça va spoiler. Quoique je devais être l'un des derniers à ne pas avoir vu ce film en 2017, vu la tête des gens à qui j'en parlais autour de moi. Je ne sais pas trop à quoi je...

Lire la critique

il y a 4 ans

33 j'aime

9

La Fièvre du samedi soir
Ugly
9

Tony, t'es le roi ici !

Probablement le film de "jeunes" qui en son temps en 1977, a déclenché un véritable phénomène sociologique, c'était du jamais vu, car ce fut statistiquement parlant l'un des succès les plus rentables...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

27

Duck Butter
Fhala
4
Duck Butter

Critique de Duck Butter par Fhala

Ce film m'a mis mal à l'aise plus les minutes passaient car il m'a rappelé une expérience personnelle que j'aurais aimer effacer de ma mémoire. Je ne comprends pas comment une personne peut être...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Une si longue lettre
Fhala
9

Critique de Une si longue lettre par Fhala

C'est avec une superbe écriture que Mariama Bâ nous transporte pour nous raconter le malheur de Ramatoulaye Fall, face à l'abandon d'un époux qu'elle a chéri pendant 25 ans et qui l'a délaisse pour...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Crazy Ex-Girlfriend
Fhala
10

She's a good person better than you !

Fan de rom com, le titre et le résumé m'ont enchantée instantanément et je me suis dit pourquoi pas, ça à l'air rigolo. Je ne savais pas encore dans quoi je m'embarquais, pour mon plus grand plaisir...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime