👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le célèbre auteur de pièces de théâtres célébrant les caractères provençaux rend ici hommage à son père instituteur, Joseph Pagnol, strict, d’abord sec mais sensible. Enfant, Marcel se loge au fond de la classe, en l’absence de sa mère, couturière. Il apprend ainsi à lire tout seul et fait l’honneur de sa famille. Naît son petit frère Paul, la tante Rose se marie avec Jules et Marcel se dévergonde aimablement dans son village d’alors, Aubagne, avec la jeune Lili.
L’éducation stricte n’est pas privée d’affection. Telle est somme la morale de ce premier roman autobiographique en forme d’hommage, parfaitement restitué ici.
La découverte de l’existence au sein d’une famille simple, assez stricte mais aimante sert ou suffit à s’épanouir. Cet hommage à un mode d’éducation, à l’instruction publique du début du XXème siècle, aux petits plaisirs de la vie qui s’ouvre à soi à l’enfance, alors qu’elle semble aussi interminable que l’espace immense, d’autant plus dans la campagne provençale, où odeurs, faune et flore ne manquent pas de variétés. L’interprétation impeccable, la restitution de ces décors magnifiques donnent l’impression d’être immergée dans cette histoire, désormais plus que centenaire, placée dans un terroir bien spécifique. C’est dire la jolie tournure qu’a pris cette adaptation d’un roman déjà savoureux. Ce film est chaudement à recommander.

il y a 4 ans

1 j'aime

La Gloire de mon père
m-claudine1
10

Mes souvenirs de citadine à la campagne

Lorsque je descends dans le midi par l'autoroute, mon regard cherche et s'attarde à chaque fois sur le Massif du Garlaban qui dresse sa silhouette si reconnaissable près d'Aubagne. Je crois toujours...

Lire la critique

il y a 5 ans

25 j'aime

46

La Gloire de mon père
Libellool
10

La garrigue ? Presque aussi fort que le Far-West !

Pour moi qui suis né en Provence et y habite toujours, la douce et si spéciale atmosphère qui se dégage de cette duologie, avec ses paysages ensoleillés de garrigue et ses chants de cigales, me...

Lire la critique

il y a 3 ans

24 j'aime

16

La Gloire de mon père
Volpardeo
9

Rafraîchissant

Une fois de plus, je n'arrive pas à trouver un titre de critique apte à restituer tout ce que le film soulève de sentiments en moi. Parce que "La Gloire de mon père" a vraiment une place tout à fait...

Lire la critique

il y a 11 ans

19 j'aime

Alias Caracalla : Mémoires, 1940-1943
AlexandreKatenidis
9

Un monarchiste rentré en Résistance - Prix Renaudot 2009

Ce jeune monarchiste maurrassien, apprenti journaliste, est abattu par l'armistice signé par Pétain et rentre en Résistance. L'entrée en matière a de quoi faire frémir. Cet extrêmiste, porté par son...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

2

Montaigne
AlexandreKatenidis
10
Montaigne

Comment conquérir sa liberté

Stefan Zweig, intellectuel retiré du monde, en tout cas de son environnement originel, s'interroge, à la fin de sa vie sur la conquête et la conservation de sa liberté ; et c'est assez logiquement...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

Retour à Birkenau
AlexandreKatenidis
9

Une expérience de la déportation

Ginette Kolinka a été déportée à 19 ans en 1944, séparée du reste de sa famille, dont elle a perdu une partie dans les camps de concentrations. Sur place, elle a retrouvé Marceline Loridan-Evans et...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime