Affiche La Griffe du passé

Critiques de La Griffe du passé

Film de (1947)

Mi-homme, Mitchum.

Lorsque l'ombre se déchire, sa silhouette émerge. Un chapeau, un imper, reconnaissable entre mille, il est l'animal de la nuit lucifuge. La nuit, quand il pleut des ennuis. La cigarette collée au bec, sans elle il serait presque nu, il gratte l'allumette et son visage apparaît. En dragon des bas-fonds, il expire volutes et nuages menaçants qui nimbent l'atmosphère d'un voile sombre et froid.... Lire la critique de La Griffe du passé

58 30
Avatar DjeeVanCleef
8
DjeeVanCleef ·

Noir c'est noir...

Archétype du film noir, le film joue sur tous les clichés de cette époque : le héros blasé, la femme fatale, la voix off désabusée, les ambiances nocturnes et le scénario retors. Chaque personnage a son pendant : Douglas, clair et solaire, est le malfrat qui engage le sombre Mitchum au grand cœur. Ce dernier se frottera à la brune et sadomaso femme fatale à laquelle il essaiera d'échapper dans... Lire la critique de La Griffe du passé

34
Avatar Sergent Pepper
7
Sergent Pepper ·

Un petit noir bien serré, s'il vous plaît...

La griffe du passé, enfin, pendez-moi haut et court, enfin, Out of the past pour faire plus simple est un des jolis fleurons du genre Film Noir. En fait, c’est tellement un archétype du Film Noir, avec son détective en voix off, le héros qui essaie de refaire sa vie à la cambrousse dans un garage, la fille vénéneuse, le puissant homme d’affaire pervers, les villes en chaleur et les demoiselles... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

26 2
Avatar Torpenn
7
Torpenn ·

La malédiction de l'amour

C'est lorsqu'il est abordé par un homme plutôt mystérieux que Jeff, un pompiste qui vit tranquillement avec sa petite amie, va voir son passé le rattraper... où se mêleront amour, gangsters et argent. En adaptant le roman Build My Gallows High de Geoffrey Homes, Jacques Tourneur livre l'archétype (jusqu'à l'excès même) du film noir où s'entremêlent détective privé, femme... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

35 5
Avatar Docteur_Jivago
7
Docteur_Jivago ·

Touch of Evil

L'emprise du passé brise l'idylle obscure de l'homme placide au Trench Coat désabusé, dupé par la femme fatale dans une évasive noirceur stylisée. Le destin s’impose à lui, aucune issue, aucun moyen d’y échapper. La griffe du passé est imprégnée d’un profond fatalisme, une inexorable noirceur qui en fait l’un des plus tragiques films noirs. L’éclairage subtil de... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

17 7
Avatar blacktide
7
blacktide ·

Ma première vraie rencontre avec Jacques Tourneur

J'y allais avec certaines préventions. Je n'aime pas toujours les vieux films, leur vision est souvent extrêmement mélancolique et beaucoup vieillissent mal. Je n'avais, de plus, jamais vu un bon film de Jacques Tourneur (son célèbre La Féline, pourtant considéré par beaucoup comme un chef d'oeuvre, m'ayant déçu). Hé bien, maintenant j'en ai vu un. La Griffe du passé, dont... Lire la critique de La Griffe du passé

5 3
Avatar Fleming
8
Fleming ·

Critique de La Griffe du passé par SapinBleu

Bien plus que les sempiternels Grand Sommeil et Faucon Maltais, il s'agit pour moi du maître-étalon du Film Noir. Tous les ingrédients du genre sont réunis, et surtout sublimés : le héros embobiné par la femme fatale manipulatrice (splendide Jane Greer), sa quête de rédemption vouée inévitablement à l'échec, un clair-obscur sublime, une intrigue tortueuse et dont on perd le fil au fur et à... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

12 1
Avatar SapinBleu
9
SapinBleu ·

Un film noir surestimé

Jacques Tourneur nous propose un film noir qui se subit plus qu'il ne distrait, à cause de son scénario peu accrocheur et de son intrigue d'emblée trop confuse. La mise en scène mollassonne et les interprétations peu marquantes des jeunes Robert Mitchum et Kirk Douglas (comme quoi une belle distribution n'est pas forcément gage de qualité) enfoncent malheureusement le clou. De plus, il est... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

20 16
Avatar Libellool
5
Libellool ·

Dans l'air du temps

Dans les années 1940, le film noir américain prend son envol. Il possède de nombreux thèmes, lieux communs et personnages récurrents qui le définissent, sinon comme un genre à part entière, au moins comme un style particulier. Le film noir est varié – conséquence directe de sa définition un peu vague – et pioche aussi bien chez les expressionnistes allemands (qui, émigrés aux Etats-Unis,... Lire l'avis à propos de La Griffe du passé

10
Avatar Aramis
7
Aramis ·

Jeu d'ombres

Jacques Tourneur nous offre un grand classique du film noir. Dans une ambiance sombre, un héros désabusé se trouve partagé entre deux femmes aussi différentes que l'ombre et la lumière. Cette histoire se mêle à une affaire policière et plus le héros se débat, plus il s'englue. Les personnages qui se dissimulent dans l'ombre, apparaissent dans la lumière ou replongent dans... Lire la critique de La Griffe du passé

10
Avatar -Marc-
7
-Marc- ·