Une drôle de guerre

Avis sur La Guerre des boutons

Avatar Elg
Critique publiée par le

Un film à clins d’œil qui vous garde le sourire aux lèvres du début à la fin : Deux groupes d’enfants de localités voisines s’affrontent dans un jeu de guerre qui caricature les comportements adultes : on se traite de couilles molles et de peigne-culs, on se menace de se couper le zizi, on déshabille ceux qui sont faits prisonniers en coupant leurs lacets, bretelles et boutons qui en viennent qu’à constituer un trésor, on organise une attaque à poil pour priver les adversaires de leur butin. Les plus démunis de l’un des deux groupes contestent au nom de la république la contribution de 20 balles par semaine imposée par leur chef Lebrac. La démocratie l’emporte et on opte pour une initiative collective. L’un des leurs se sentant rejeté, clame son attachement à la monarchie et se fait mouchard. Il regrettera sa traitrise puisqu’il recevra un coup de fouet de chacun des membres du groupe. C’est là que ça devient moins drôle. En ordonnant la flagellation, Lebrac dépasse le cadre ludique de la guerre des boutons et cela lui vaudra d’être mis hors d’état de nuire en étant envoyé en pension. Tout comme Atzec, le chef des Velrans, qui brisa le tracteur de son père en détruisant la cabane des Longevernes. Autre clin d’œil sur le sort réservé aux leaders rebelles dans notre société. Lorsque la situation devient plus tendue en cours de route, il y a le personnage de Petit Gébus qui nous ramène le sourire aux lèvres par ses interventions irrésistibles : « Ah ben si j’avais su, je serais pas venu ». Tellement attachant qu’il nous donne envie de repartir une famille.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 37 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Elg La Guerre des boutons