Neither Do Men Live, Nor Die, In Vain

Avis sur La Guerre des mondes

Avatar Paplard
Critique publiée par le

Deuxième adaptation du célèbre roman de H. G. Wells au cinéma, War Of The Worlds sort en 2005 sous la direction de Steven Spielberg, avec Tom Cruise, Dakota Fanning, Justin Chatwin et Tim Robbins.

Ray Ferrier est un père divorcé vivant dans le New Jersey, en banlieue de New York. Un matin, son ex-épouse lui confie pour quelques jours la garde de leurs deux enfants, Robbie et Rachel. Mais le soir même, un orage éclate et déclenche d'étranges phénomènes comme l'arrêt total des véhicules. Bientôt, d'énormes engins mécaniques surgissent de sous terre et désintègrent les êtres humains dans le chaos le plus total.

Je n'avais vu ce film qu'une seule fois dans ma vie et c'était il y a pas mal d'années. Je me souviens que j'avais plutôt apprécié le film mais sans plus, et il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais le fait d'avoir revu ce film a totalement changé mon point de vue et je dois dire que mon avis est largement revu à la hausse après ce nouveau visionnage. War Of The Worlds est un excellent Spielberg et est devenu un vrai coup de cœur pour ma part.

Spielberg s'éloigne pas mal du roman de H. G. Wells pour pouvoir intégrer dans son film une de ses thématiques les plus récurrentes, à savoir celle de la famille dysfonctionnelle, remplaçant le personnage principal solitaire par un père de famille divorcé fuyant avec ses deux enfants. Mais oublions un peu l’œuvre originale pour se concentrer uniquement sur le film et sur ce qu'il est en tant qu’œuvre cinématographique.

War Of The Worlds est une véritable bouffée d'oxygène en terme de film catastrophe à base d'invasion extra-terrestre. Ici, pas de soldats omniprésents qui stoppent les tripodes, pas de généraux qui établissent des plans et des tactiques, pas de scientifiques qui trouvent une solution miracle pour éradiquer l'invasion, et encore moins de politiciens qui cherchent à rassurer et à sécuriser la population. Spielberg se concentre uniquement sur la fuite d'un personnage totalement impuissant face à la menace extra-terrestre, qui ne pense qu'à sa survie et celle de ses deux enfants. À aucun moment, il ne souhaite faire acte de résistance ,à contrario de son fils Robbie, car il sait que ce serait un combat perdu d'avance.

Sur le fond, Spielberg s'empare de l'actualité de l'Amérique post-11 septembre en nous montrant le reflet d'un pays effrayé et parano par les répercussions des attentats. Il utilise pour cela plusieurs références comme avec l'avion écrasé ou encore la réaction de Robbie suite à l'attaque, qui pense que c'est l’œuvre de terroristes. On peut voir aussi quelques passages faisant référence à l'Holocauste avec le train en feu ou les vêtements qui tombent du ciel.

Spielberg met en scène des séquences très violentes, tout en restant dans la suggestion, où l'on peut voir toute la bestialité et la barbarie de l'humanité, avec de nombreux individus qui sont prêts à dépasser toutes les limites morales pour assurer leur survie. Le récit est très bien rythmé. Spielberg filme la plupart du temps à hauteur d'homme, montrant la nette domination des extraterrestres. Je tiens aussi à parler de la scène de la cave qui est pour moi une des meilleures scènes de la filmographie de Spielberg. Il nous offre un mini huis-clos, rempli de tension, de suspense et de peur, maitrisé de main de maître. En un mot, brillant.

Les effets spéciaux sont vraiment réussis et rendent les scènes d'action très impressionnantes. La photographie de Janusz Kaminski est très terne et oppressante et de nombreux plans de Spielberg marquent la rétine car ils sont à la fois beaux et angoissants. On ressent aussi un ton fortement inspiré des films de science-fiction des années 50. Les effets sonores sont excellents (comme le "cri" des tripodes), tout comme la musique de John Williams.

Tom Cruise est très bon dans le rôle de ce père immature et égoïste, qui au cours de ce périple va devoir se révéler pour être le parent idéal et attendu de la part de ses deux enfants. Dakota Fanning, représentant le seul brin d'innocence au milieu du chaos et de la barbarie humaine, est pleine de talent et fait preuve d'une grande maturité dans son jeu. Tim Robbins est également excellent.

War Of The Worlds s'avère être une œuvre visionnaire et très subtile dans son propos. Steven Spielberg nous propose un film spectaculaire, d'une noirceur dépassant le stade de simple divertissement. Un blockbuster sérieux dépeignant l'instinct animal de l'Homme. Visuellement angoissant, les scènes haletantes s'enchainent grâce à une mise en scène toujours très créative et maîtrisée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 92 fois
1 apprécie

Paplard a ajouté ce film à 2 listes La Guerre des mondes

Autres actions de Paplard La Guerre des mondes