Devenir père

Avis sur La Guerre des mondes

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Comment ai-je pu ne pas apprécier ce petit bijou de blockbuster. Sans doute un des derniers films du genre à posséder un bon rythme, du bon spectacle, du bon plaisir.

La particularité du film qui saute aux yeux, et c'est bien dommage que je ne l'aie relevé à l'époque de sa sortie, c'est qu'avant d'être un film d'action explosif, il s'agit avant tout de la quête d'un homme pour devenir père, prendre ses responsabilités. L'histoire ne raconte rien d'autre que ça. Lors de la sortie du film, j'étais déçu par la fin facile concernant les extra terrestres. Aujourd'hui encore cela me paraît facile, mais en même temps ce n'est pas du tout ce dont voulaient parler l'ami Spielberg et ses scénaristes. La vraie résolution, c'est la façon dont le héros va sauver ses enfants, allant jusqu'à commettre l'impensable dans le seul souci de préserver le faible équilibre familial. Et çà c'est fort.

En plus, le film regorge de belles métaphores. Ainsi, si l'histoire est d'une violence sans pareille, on n'en voit jamais rien parce que c'est toujours suggéré. La scène finale de Tim Robbins par exemple est un véritable hommage aux films noirs en terme d'écriture et de mise en scène. Revenons aussi sur les enfants qui eux vont connaître un processus de maturité plus rapide que prévu : le fils qui suit son propre chemin, celui de la révolte, et la fille qui elle, connaîtrera plus tôt que prévu les menstruation (je fais référence à la scène du fleuve qui, pour moi, renvoit bel et bien vers cet état de panique chez les jeunes femmes). Quant à la place de l'Alien, de l'Autre, dans ce film, je ne sais pas. Je me dis que, peut-être il s'agirait simplement d'une métaphore par rapport à ce qui extérieur à la famille. Peut-être ne faut-il pas trop chercher non plus. L'invasion extra-terrestre n'est jamais qu'un prétexte pour sortir un homme de sa léthargie en terme de responsabilité.

Côté mise en scène, il s'agit là d'un travail remarquable. Je ne suis pas un grand fan de Spielberg, mais ici il fait preuve d'un grand sens de la réalisation, dérobant ici et là des plans à quelques classiques, n'hésitant pas à afficher un amour de la série B et du cinéma plus généralement. Le découpage est très bon, suggérant toujours d emanière intelligente la violence. Le bougre ne se prive jamais de plans séquences plus bluffants les uns que les autres, et enfin, il fait preuve d'un sens du rythme assez agréable. Ça explose tout le temps, en gros on pourrait résumer le film à Tom Cruise qui court, mais en fait non, ici et là, le réalisateur introduit quelques dialogues, quelques échanges nécessaires au fond si important pour tenir la structure du film. Il y a tout d emême quelques choix esthétiques que je reproche, notamment cette lumière aveuglante un plan sur deux au début. En soi je n'ai rien contre cette lumière naturelle ainsi que cette réverbération aveuglante dans la moindre flaque d'eau ; ce qui me chagrine, c'est que Steven ne se montre pas plus radical : pourquoi un plan sur deux la lumière est moins aveuglante alors que c'est censé être la même tout le long de la séquence ? Ce changement casse un petit peu la fluidité de la scène, mais ce n'est rien de bien méchant.

Les acteurs sont tous très bons, la petite Dakota est tenue en laisse pour pas qu'elle ennuie avec ses théories d'enfant intello, Tom Cruise est comme à son habitude un chien fou, Tim Robbins est inquiétant, etc. Les effets spéciaux sont globalement réussis. Globalement parce que certaines scènes en particulier fonctionnent moins bien, comme celle avec le bâteau, sans doute trop ambitieuse. Puis le passage en DVD est sans doute le plus révélateur : autant sur un écran géant on ne perçoit pas toujours certains défauts, autant sur petit écran ça peut vite ressembler à un jeu video (comme Avatar). Enfin, je pense que la première scène de Tom Cruise avec les larmes aux yeux a été réalisées en CGI. Pas Tom, qui lui est toujours bien réel, mais ses larmes, qui paraissent trop tenaces par rapport aux longs plans (ceci étant dit, je sais qu'autrefois, pour faire de fausses larmes, on utilisait de la cire).

Bref, "War of the Worlds est un très bon blockbuster comme on n'en fait pas assez. J'en avais gardé un assez mauvais souvenir, maintenant j'en ai un très bon, celui d'un blockbuster intelligent et pas du tout creux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 433 fois
11 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Fatpooper La Guerre des mondes