👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Au fond, je n'ai pas l'impression qu'on filme souvent vraiment la mort au cinéma : on l'utilise, on la représente, on parle du deuil, mais qu'on filme le processus même de mort comme Pialat le fait dans la Gueule ouverte, c'est rare. Et pourtant, la Gueule ouverte ne filme au fond pendant 1h30 que des tentatives de déni, de se détourner de l'inévitable : on boit, on couche, on mange, et on fume, pendant que dans la pièce d'à coté, on meurt. Les comportements minables des uns ou des autres ne sont pas pour autant des réactions à la douleur, non, dès la première scène, sans échappatoire, sans contre-champ, il est très clair que ce que Pialat nous donnera à voir n'est au fond que la routine, l'habituel, auquel duquel va se greffer un trou noir. La maladie n'a même pas la chance d'être progressive, elle s'éveille dès le début du film et dévore tout, sans même laisser une belle scène d'adieu ou un dernier mot qui expliquerait ce qu'on devine, ce qu'on perçoit. Au détour d'un raccord, le silence tombe, pour de bon, et l'attente s'installe. Et puis la mort arrive, on ne la voit même pas, et le temps de deux plans, la douleur surgira le temps de deux ou trois plans sublimes, et on l'enfouira rapidement, parce qu'il faut organiser l'enterrement, et on refera à manger, et on rallumera une cigarette de plus, et puis là, ce n'est plus vraiment la mort, donc les lumières s'éteignent.
TarkovskiNautique
10

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2020

il y a 2 ans

4 j'aime

1 commentaire

La Gueule ouverte
Plume231
5

Tandis qu'elle agonise !

Quand un film s'intitule La Gueule ouverte et que son réalisateur s'appelle Maurice Pialat, il faut bien se douter que cela ne va pas être la fête du slip. Et quand, pratiquement au début du film, le...

Lire la critique

il y a 1 mois

16 j'aime

5

La Gueule ouverte
-Thomas-
8

La mort à nue

Pialat décompose l’agonie invisible d’une mère et d’une femme en brossant surtout le portrait de son fils (Philippe Léotard) entouré de sa petite-amie (Nathalie Baye) et de son père (Hubert...

Lire la critique

il y a 10 mois

6 j'aime

3

La Gueule ouverte
Fatpooper
7

La mort leur va si bien

Sympa mais un peu trash. La narration est minimaliste, sans trop d'enjeu, Pialat s'intéressant avatn tout au quotidien, à la vie (y compris dans la mort). Alors qu'on aurait pu tomber dans la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime

Runaway
TarkovskiNautique
10
Runaway

Monumental

Runaway est un putain de monument, et est sans doute le point d'orgue d'une discographie déjà très impressionnante. Peu de morceaux parviennent en effet à résumer 15 ans de carrière et un personnage...

Lire la critique

il y a 6 ans

20 j'aime

1

Big Fish Theory
TarkovskiNautique
9

Comme un poisson dans l'eau

Depuis ses première mixtapes, il était évident que Vince Staples avait ce "truc", où en un couplet, le mec te donnait clairement l'impression qu'il finirait par sortir un classique. Il suffit...

Lire la critique

il y a 5 ans

19 j'aime

2

Madvillainy
TarkovskiNautique
10
Madvillainy

Comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer le sampling

Mes tops 10 ont beau fluctuer au gré de mes découvertes et de mes humeurs, depuis le début, un album reste inamovible tout en haut du classement: Madvillainy. Aux côtés des Donuts du regretté Dilla,...

Lire la critique

il y a 5 ans

15 j'aime

1