👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

J'ai préféré veuves en chaleur.

J'ai essayé de regarder La Haine quand j'avais 16 ans, et à cette époque tout le monde se servait sur la mule et mettait une semaine pour arriver à voir quoi que ce soit. Bien évidemment un petit malin l'avait remplacé par un film de fesses des années 70 (avec tout ce que ça implique en termes de pilosité farfelue), donc j'avais pas pu.

Les années ont passées et j'ai voulu combler ce vide. Depuis, on ne trouve plus de films interdits aux mineurs déguisés dans des fichiers, non, maintenant il faut le vouloir pour voir des cochonneries comme à la belle époque du marchand de journaux. Depuis, je peux pas blairer la gueule de Vincent Cassel et j'ai jamais vu un seul film de Kassovitz parce qu'ils ont tous l'air nul.

La première chose que je peux vous dire, c'est que c'est un film qui doit se voir quand on a 16 ans mais jamais plus tard.

Parce que plus tard, on se rend compte que tout est trop bancal : le style noir et blanc qui voudrait être dramatique, les archives qui devraient être poignantes et donner une dimension réaliste à tout ça, les effets de caméra brouillons (c'est fait exprès qu'elle tremble à chaque plan fixe ?), le rythme maladroit qui alterne passages "comiques" et séquences "drames". On ne rigole jamais vraiment au concours de répliques, ni au comique de répétition, on n'est jamais touché par les fusillades ni par les flics pourris, par contre on est toujours interpelé par la puissance du fond autant que là tout de suite par ma salle de bain qui fuit. Tout simplement parce que le film se veut réaliste tout en débordant de clichés, parce qu'il se veut drôle sans jamais l'être, contestataire tout en donnant de la confiture aux cochons, sobre tout en en faisant des caisses.

J'ai eu la haine et surtout la preuve qu'on s'est foutu de ma gueule durant 1h30 lorsque j'ai vu apparaitre le message "toute ressemblance avec la réalité est purement fortuite hihihi" avant le générique. Merci pour rien.
moumoute
2
Écrit par

il y a 10 ans

51 j'aime

17 commentaires

La Haine
Sergent_Pepper
7
La Haine

Chute des classes

Evénement de l’année 1995, La Haine a tout d’un film contextuel qu’il est assez curieux de revoir, ce que proposent les salles à l’occasion de sa restauration 4K. Parce que la situation n’a pas...

Lire la critique

il y a 2 ans

64 j'aime

7

La Haine
moumoute
2
La Haine

J'ai préféré veuves en chaleur.

J'ai essayé de regarder La Haine quand j'avais 16 ans, et à cette époque tout le monde se servait sur la mule et mettait une semaine pour arriver à voir quoi que ce soit. Bien évidemment un petit...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

17

La Haine
Zogarok
3
La Haine

Les "bons" ploucs de banlieue

En 1995, Mathieu Kassovitz a ving-six ans, non pas seize. C'est pourtant à ce moment qu'il réalise La Haine. Il y montre la vie des banlieues, par le prisme de trois amis (un juif, un noir, un...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

19

Star Wars - Épisode II : L'Attaque des clones
moumoute
1

L'arnaque des clones.

Moi, on m'a dit que c'était un film sur l'adolescence d'un certain Dark Vador mais en fait c'est un film français avec un jeune de banlieue en difficulté, Anakin, et son éducateur un peu débonnaire,...

Lire la critique

il y a 10 ans

140 j'aime

18

Fantastic Mr. Fox
moumoute
9

Ta mère la flûte !

Hier soir, j'ai fais un retour dans le passé. Je n'étais plus le simple étudiant en retard mangeant des pâtes sauce pesto dans son studio mal rangé, j'étais cet enfant de 8 ans qui regarde 3 fois par...

Lire la critique

il y a 11 ans

134 j'aime

2

Le Tombeau des lucioles
moumoute
9

Risques de SPOIL

Bon sang, mais qu'est ce que je peux en avoir marre des gens à qui on a dit "regarde le tombeau des lucioles tu vas pleurer tellement c'est trop triste" et qui, dès lors, se retirent dans une grotte...

Lire la critique

il y a 11 ans

117 j'aime

17