👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La Haine n’a pas beaucoup vieilli dans son propos, et sa représentation des banlieusards est très proche de celle des Misérables. Certes tapageur, le film est une suite alambiquée d’effets visuels, du noir & blanc aux mouvement de caméras. Kassovitz expérimente, mais sans que la forme ne détruise la fond. Le réalisateur cultive le plan choc, au plus près de ses personnages principaux. Avec un cadrage qui joue habilement avec l’architecture des cités et de la ville, parfois écrasent, parfois impersonnelles. Une tension permanente, même quand il ne se passe rien. Surtout quand il en ne se passe rien, car ce rien est une violence.

Chronique des banlieues, avec ses gars paumés, sa violence comme ses loyautés, et surtout son aridité. Son rejet symbolique (le hall d’entrée) comme factuel (l’équipe TV) par le monde hors-banlieue. L’équilibre fragile entre des personnes abandonnés par l’État et une police schizophrène entre bavures et intégrité.

Le film contient quelques longueurs et maladresses, et se montre parfois trop unilatéral. Ses plans chocs et ses répliques cultes sont plus restés dans les esprits que son propos. Cependant grâce à un style cinématographique fort et des personnages provoquant l’empathie, la Haine reste un film diablement intéressant.

AlicePerron1
6
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

La Haine
Sergent_Pepper
7
La Haine

Chute des classes

Evénement de l’année 1995, La Haine a tout d’un film contextuel qu’il est assez curieux de revoir, ce que proposent les salles à l’occasion de sa restauration 4K. Parce que la situation n’a pas...

Lire la critique

il y a 2 ans

61 j'aime

7

La Haine
moumoute
2
La Haine

J'ai préféré veuves en chaleur.

J'ai essayé de regarder La Haine quand j'avais 16 ans, et à cette époque tout le monde se servait sur la mule et mettait une semaine pour arriver à voir quoi que ce soit. Bien évidemment un petit...

Lire la critique

il y a 10 ans

50 j'aime

17

La Haine
Zogarok
3
La Haine

Les "bons" ploucs de banlieue

En 1995, Mathieu Kassovitz a ving-six ans, non pas seize. C'est pourtant à ce moment qu'il réalise La Haine. Il y montre la vie des banlieues, par le prisme de trois amis (un juif, un noir, un...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

19

La Bonne Épouse
AlicePerron1
3

La bonne épouse rate son plat

La bonne épouse est pour moi un résultat vraiment décevant. La bande-annonce promet une comédie qui tire vers la satire, le sujet du film étant les écoles ménagères dans les années 60, juste avant...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

1

Ad Vitam
AlicePerron1
4
Ad Vitam

Concept fort mais éxécution sommaire

Ad vitam commence très bien avec un synopsis fort et pose dans ces premiers épisodes nombre de questions et d’intrigues entrelacés très prometteuses. Le thème central du passage de temps et du sens...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Porco Rosso
AlicePerron1
10
Porco Rosso

Mélancolie élégante

Porco Rosso est l’un des rares films de Miyazaki que je préfère regarder en français, tout simplement pour la voix grave et enveloppante de Jean Reno, qui enrichit grandement le personnage de Porco...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime