La Jetée

Avis sur La Jetée

Avatar Kenan
Critique publiée par le

En 1962, Chris Marker a à peine 40 ans mais déjà une vingtaine de films à son actif, allant du court au long-métrage. Travailleur infatigable, celui qui s’appelle en réalité Christian Bouche-Villeneuve réalise alors son chef d’oeuvre, La Jetée. Un des meilleurs films de moins d’une heure ayant été faits, si ce n’est le meilleur, et cela selon une grande majorité des spécialistes du genre. Une oeuvre pourtant, et malheureusement, trop méconnue à l’heure actuelle.

Comment décrire ce film ? Difficile…une succession d’images qui font de l’oeuvre plus un roman-photo, comme le décrit d’ailleurs Chris Marker, qu’une oeuvre cinématographique. Pendant trente minutes se succèdent ainsi des plans fixes, qui offrent cependant une réelle mobilité grâce aux déplacements de la caméra sur ceux-ci. La Jetée est tellement éloignée de tout ce qu’on peut connaître, encore plus si on se représente la sortie de l’oeuvre à l’époque, qu’il est impossible de la représenter par une expression existante, de la résumer à quelques mots. Des images, arrêtées, mais malgré tout en mouvement, qui se succèdent assez vite pour paraître vivre. Qui présentent la douceur du visage et des gestes d’Hélène Châtelain, l’urgence dans les expressions de Davos Hanich. Une voix, celle de Jean Négroni, qui nous berce pendant trente minutes qui semblent n’en durer que quelques-unes. La tranquillité exceptionnelle que l’on trouve dans le ton du narrateur rompt totalement avec la violence de ses propos, eux-mêmes tranchant avec des images basées sur le non-dit, le sous-entendu. L’imaginaire fait le reste, mêlant dans notre esprit les photos et les commentaires de Négroni. Alors, avec en fond sonore quelques bruits basiques et les choeurs de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky de Paris, on est comme emporté dans un monde arrêté mais en perpétuel mouvement. Là est l’une des forces de ce film, qui doit également beaucoup à une histoire des plus originale, une histoire qui a peut-être révolutionné le genre de la science-fiction.

Comment résumer ce film ? « Ceci est l’histoire d’un homme marqué par une image d’enfance », comme le dit bien Négroni en préambule. En dire plus est risqué, puisque ce serait prendre le danger d’en dire trop. Pour ne pas trop en dévoiler, il vaut mieux ne pas s’étendre au-delà de la première scène, qui a lieu alors que cet homme est encore dans l’innocence de ses jeunes années. On voit alors l’image d’enfance qu’il a gardée en mémoire, la mort d’un homme devant ses yeux. Quelques secondes plus tard, Paris détruit et la Troisième Guerre Mondiale ayant anéanti toute chance de vivre en surface de la Terre, une grande partie de la population humaine se cache sous la surface. La suite se déroule sous les yeux du spectateur, rapidement, presque innocemment. La fin, on peut la deviner très vite. On peut même la connaître avant même de regarder La Jetée, si on se souvient de L’Armée des Douze Singes, chef d’oeuvre de Terry Gilliam, librement mais somme toute fidèlement inspiré du film de Chris Marker. Un film qui jouit d’une popularité bien plus grande que l’oeuvre dont il est tiré (il faut dire que la présence de Brad Pitt et Bruce Willis peut aider), mais qui a sans doute permis de rendre accessible à un plus grand public le métrage dont il est tiré. Cependant, l’intérêt de la fin ne réside pas dans un hypothétique twist final, mais dans le fait que, même en devinant petit à petit tous les éléments qui vont se mettre en place, on espère quelque chose d’autre, une variation pour permettre à l’histoire de ne pas s’arrêter ainsi. Car, en plus d’être un des plus grands chefs d’oeuvre de science-fiction qu’il m’ait été donné de voir, La Jetée est également une remarquable histoire d’amour.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 287 fois
2 apprécient

Kenan a ajouté ce court-métrage à 1 liste La Jetée

  • Films
    Illustration Films découverts en 2014

    Films découverts en 2014

    Mois | Nombre de films vus | Moyenne SC | Moyenne perso Janvier: 24 films | SC: 6.68 | Moi: 6.17 Février: 32 films | SC: 6.72 |...

Autres actions de Kenan La Jetée