Réenchanter le monde en gardant les pieds sur terre

Avis sur La La Land

Avatar Pierre Giambelluca
Critique publiée par le

Une jeune femme ayant tout quitté pour tenter sa chance à Hollywood, serveuse dans une café en plein cœur des mythiques studios. Un jeune homme presque fauché, touchant le piano d'une manière à en faire sonner la pureté du jazz, rêvant de faire partager le goût du jazz que le grand public a perdu. C'est un scénario qui semble condamné d'avance à la niaiserie, et pourtant.

Mises en abymes, jeu des mouvements de caméra et utilisation du son : tous ces ingrédients nourrissent l'esthétique du film et permettent de servir un solide scénario qui remet l'histoire d'un couple de doux rêveurs dans la réalité du quotidien. La La Land est en fait l'endroit où l'on questionne la place que l'on peut laisser aux passions dans la réalité du monde de tous les jours.

Passion artistique : dans quelle mesure puis-je faire des compromis avec moi-même pour faire triompher un projet artistique ? Quels accommodements suis-je prêt à faire ?
Passion amoureuse : dans quelle mesure puis-je m'épanouir dans mon couple tout en continuant à m'épanouir dans mon art ?

Sans cette grille d'analyse (la place des différentes passions), il serait difficile de comprendre le but du réalisateur, et la scène finale du film.

Les multiples clins d'œil utilisés par Damien Dechazelle sont également croustillants et finissent de donner des raisons au fait que La La Land soit un film qu'il convient de classer bien visiblement dans sa filmothèque personnelle.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 208 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Pierre Giambelluca La La Land