Arty show à Hollywood

Avis sur La La Land

Avatar Roinron
Critique publiée par le

Après le César, le grand vainqueur des Oscars.

D’après les échos que j’en avais eu, je m’attendais à un film euphorisant et dynamique, avec des chorégraphies d’enfer et une musique de folie, qui me donnent envie, une fois sorti, de danser dans la rue en chantant à tue tête. Ben, en fait non.

En vérité, j’ai été très surpris par ce La La Land là .
Vous me direz, être surpris, c’est bien, surtout venant d’une superproduction hollywoodienne. Et c’est vrai que La La Land ne ressemble pas à une énième production calibrée Blockbuster. Plus précisément, il en a certaines caractéristiques, comme le fait d’avoir de gros moyens, une photographie bien léchée, des acteurs stars, une B.O de qualité, une promo d’enfer, etc …mais il y a chez Chazelle une volonté évidente de surprendre et de se la jouer " Arty ".

Du coup, on a une sorte de produit hybride, avec un film qui n’est ni une véritable comédie musicale, ni une vraie comédie sentimentale, ni un vrai hommage vintage à Hollywood, ni une vraie réflexion sur ce qu’est la vie d’artiste, ou en poussant plus loin sur la difficulté d’accomplir ses rêves, mais un mélange de tout ça quand même.
Ça fait un peu " Voyez comme je suis fort à mélanger les genres et les références cinématographiques ! ", " Admirez comme je fais bouger ma caméra dans tous les sens !". On sent que le réalisateur veut nous épater. Mais pourtant, de ce coté là, c’est plutôt décevant.

Chazelle rend donc hommage aux grandes comédies musicales hollywoodiennes d’antan (notamment Tous en scène de Minnelli) ou françaises (Les demoiselles de Rochefort ou Les parapluies de Cherbourg de Demy), mais les chorégraphies, sans être catastrophiques, sont loin d’atteindre leur virtuosité. Ryan Gosling et Emma Stone ne sont pas des danseurs professionnels et même s’ils ne s’en sortent pas trop mal, ça se voit. Le travail sur les couleurs (bleu, rouge, vert, jaune), comme chez Demy, est en revanche une belle réussite.

Il y a également une tentative de promotion du jazz, mais celui-ci est présenté comme une musique vieillotte, pour puriste et vouée à disparaître si elle ne se met pas au goût du jour, c’est à dire en devenant de la variété pour "djeunes".

La comédie sentimentale fonctionne bien, la montée du sentiment amoureux entre les deux tourtereaux est bien décrite et leur couple est crédible, on sent qu’il y a un vrai lien entre eux.
Mais la vraie surprise vient du rythme. Avant qu’ils soient en couple, le rythme est très soutenu , jusqu’à la très belle scène où ils s’envolent (littéralement) dans la voie lactée.
Mais ensuite, plouf, on assiste à un gros coup de mou, comme si Chazelle se désintéressait de son histoire d’amour, pour nous dire que la vie d’artiste, ce n’est pas facile, c’est vraiment dur de percer ou de faire vraiment ce qu’on aime, c’est délicat de concilier sa vie professionnelle et sa vie amoureuse …
On a envie de lui répondre:

  • Oui bon, d’accord Damien, mais là on est dans une comédie musicale, on s’en fiche un peu, non ?
  • Ah, on ne s’en fiche pas ? Parce qu’on est dans une comédie "New Style" de Damien Chazelle ? Ah bon, oui OK c’est sûr, tu as raison Damien, tu es un artiste qui ne prend pas ses spectateurs pour des imbéciles, c’est tout à ton honneur …

La fin est très déroutante.

Alors qu’ils s’aiment, Seb et Mia se séparent sans qu’on sache pourquoi ni comment, puis se revoient dans le club de jazz de Seb, ce qui leur fait un choc à tous les deux, au point qu’ils rêvent de se remettre ensemble. Mais finalement non, mais ce n’est pas grave, comme en témoigne le salut amical que fait Seb à Mia, à la fin, alors que dix secondes avant, il avait l’air effondré

Bref, ce n’est pas la super comédie musicalo-sentimentale annoncée. Néanmoins, ce n’est pas désagréable à regarder, la musique est plutôt bonne, les acteurs sont chou et ça sort de l’ordinaire. Ce n’est déjà pas si mal.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 212 fois
8 apprécient

Autres actions de Roinron La La Land