Peut-être le meilleur Zatoichi

Avis sur La Légende de Zatoichi : Le Shogun de l'ombre

Avatar Argentoratum
Critique publiée par le

Quelle épisode !
De la même façon que Misumi m'avait régalé pour son dernier Baby Kart (le 5), il remet ça avec son dernier Zatoichi !
On a le droit pour cet épisode à un gros invité surprise du nom de Nakadai, toujours un peu dans l'ombre de Mifune mais qui a participé à tout autant de grand film de sabre et qui impose de sa stature et de son regard. Ici sa présence est mesuré, en fil rouge de la trame principale mais chacune de ses apparitions fait mouche, il est pas là pour parler du beau temps, mais pour découper et rien d'autre, comme à son habitude. Puis la scène entre Zatoichi et Nakadai sur ce pont, que c'est beau !
Une grosse mise en scène, ça fourmille de détail par ci par là, on prend plaisir à suivre les pérégrinations de Ichi allant sauver une femme vendu, puis humiliant un Yakuza s'en étant pris à des villageois, à le voir poser ses couilles devant le parrain etc puis des combats toujours aussi beau et qui font dans l’originalité.
Je pense notamment à celle dans les bains et celle de nuit à la fin du film où l'on voit les coups de sabre de Zatoichi transpercer ses ennemis dans l'ombre.
En tout cas il s'est bien laché le réalisateur, entre la vente aux enchères des femmes et un commissaire-priseur ventant les mérites buccales des jeunes femmes, le combat à poil dans le bain, le gay qui veut se taper Zatoichi et la scène entre Zatoichi et le chef aveugle Yakuza sur l'eau puis au milieu des flammes ... et j'en passe ! C'est rythmé, les 90 minutes ne laissent place à pratiquement aucune longueur (alors que j'en ai vu davantage sur d'autres Zatoichi de 70minutes) c'est presque un Zatoichi sauce Baby Cart, et oui j'aime ça !
8/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 432 fois
Aucun vote pour le moment

Argentoratum a ajouté ce film à 4 listes La Légende de Zatoichi : Le Shogun de l'ombre

Autres actions de Argentoratum La Légende de Zatoichi : Le Shogun de l'ombre