Aussi agaçant qu'un zuzuvela

Avis sur La Légende de Zu

Avatar Dagoni
Critique publiée par le

Ok, alors tout d'abord c'est atroce visuellement. Ça vomit des CGI dégueulasses, c'est une explosion de caca numérique. Quand y a une ou deux images de synthèse bien datées (déjà pour l'époque) et foireuses dans Green Snake, je laisse couler, le reste est tellement génial que je pardonne, mais là non désolé c'est une ORGIE de mauvais goût, on peut pas tourner la tête ! Mais le pire c'est même pas cette décrédibilisation virtuelle, le problème c'est que c'est le B-O-R-D-E-L ! Les choix esthétiques sont random, les cadres sont invraisemblables, la mise en scène est à la ramasse (tout est hyper frénétique dans ce gargouillis de pixels baveux), ON COMPREND RIEN. Et du coup, on n'en a rien à foutre de l'histoire (qui avait de base franchement pas besoin de ça, vu l'indigence de la chose). Niveau scénar' c'est pas mieux, avec des personnages faisant des choix incompréhensibles (dans le jargon, on dit qu'ils sont cons comme leurs pieds) pour allonger la sauce.

Exemple : le grand méchant pas beau se prend la dérouillée de sa vie type Genkidama dans la gueule, il est littéralement en train de se liquéfier, quand soudain l'autre débilos de héros se dit que ça serait intelligent de participer à cette grillade en le charcutant avec ces mille et un désoperculateurs, ce qui a évidemment pour résultat de transformer un des coupe-papiers en moyen de locomotion pour un Boo du big boss, celui-ci pouvant dès lors s'enfuir et manigancer d'autres sombres desseins.

Exemple n°2* : après avoir feinté tout le petit monde des zentils à la manière d'un politicien en course présidentielle, la démoniaque particule fugitive leur fait ouvrir une grotte aussi appétissante que le programme de Le Pen et s'y insinue tel un Macron calculateur. Nos deux héros se proposent pourfendeur du mal comme un Mélenchon stoïque et vain, et s'engouffrent dans l'entre mystérieuse, vile et absconse. On sait pas trop ce qui s'y passe mais le Sifu vient à leur rescousse (ah non là j'ai pas d'analogie...) et en vient à perdre son miroir magique qui avait permis la précédente tatane d' Insomnia (oui c'est le nom du vilain, m'voyez). Le Maître préfère ensuite sauver l'autre craignos aux coupe-légumes plutôt que de récupérer l'arme céleste réellement utile. Autant dire qu' à l'image d'un Fillon taclé, les carottes sont cuites pour nos cons des îles.

Donc au moment de dresser le constat final, on peut tout de même, pour rester courtois, accorder au film un méchant cool, des enjeux intriguants, des combats virtuoses, des personnages au charisme panaché, des, quoi ? Ces endives parlantes (sauf toi Cecilia ♥) ? Ces machins illisibles ? Ce sempiternel crêpage de chignon entre l'anus de Belzébuth et le sein Bouddha ? Cette monstre tête de mort volante composée de... PUTAINS DE TÊTES DE MORT VOLANTES ?

Non franchement, ce truc filmique a plus de notes que Green Snake, vous faîtes quoi les gars ?!

*: Pour de vrai j'y connais rien en politique française, c'était juste de la démagogie pardon hihi

PS: bon je crois que je n'ai pas trop volé ce dislike, vu que je suis un peu de mauvaise foi pour ce qui ne touche pas à l'aspect visuel. Mais c'est plus rigolo

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 265 fois
6 apprécient · 2 n'apprécient pas

Dagoni a ajouté ce film à 1 liste La Légende de Zu

Autres actions de Dagoni La Légende de Zu