👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un film à la croisée des chemins entre Francis Veber, Gerard Oury et Godard, forcément ça détonne.
Que reste-t-il du film? Pas grand chose.
Un film d'instant qui s'arrête après le mot "Fin".
Cette année le burlesque français eu Ma Loutre dont l'épaisseur ne cesse de grossir avec le temps, et La loi de la jungle, dont l'instant l'emporte sur la permanence. C'est regrettable car il nous donne l'illusion qu'il va donner plus, comme pour son précédent film, mais la réalisateur se contente de ce qu'il montre. Le burlesque sert moins de révélateur que de confirmation de l'absurdité administrative, et au lieu de se focaliser sur le chateau inaccessible et mystérieux, il se focalise sur la jungle qui l'entoure avant de l'atteindre.

Pravdaa_Pravda
6
Écrit par

il y a 5 ans

La Loi de la jungle
Sergent_Pepper
7

Fight and score, fuck the norm !

Que pouvait donc faire Antonin Peretjatko après la petite bombe de La fille du 14 juillet ? Comment s’imaginer être encore surpris par ce réalisateur après le feu d’artifice absurde et vintage dont...

Lire la critique

il y a 6 ans

72 j'aime

2

La Loi de la jungle
Fritz_the_Cat
7

Tarzan & Châtaigne

Dès que les lumières s'éteignent, on nous annonce que la production offre un morceau de musique le temps des innombrables logos. Tranquillement, La Loi de la jungle instaure d'emblée un rapport...

Lire la critique

il y a 6 ans

53 j'aime

10

La Loi de la jungle
Moizi
10

Désir brûlant

Pour parler de La loi de la jungle, ça va être très difficile, étant donné que j'avais adoré le précédent film du réalisateur, la fille du 14 juillet, pour sa liberté, son humour absurde et sa...

Lire la critique

il y a 6 ans

52 j'aime

26

Big Eyes
Pravdaa_Pravda
4
Big Eyes

Critique de Big Eyes par Pravdaa Pravda

Je ne sais pas comment on peut arriver à faire un film aussi plat avec autant de sujets intéressants : féminisme, copyright, création art...bah non, on sombre dans ce qu'il y a de pire dans le cinéma...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

My Name Is Joe
Pravdaa_Pravda
7

Non le petites gens ne sont pas miserables

Quelque soit son film, Loach expose la lutte pour se sortir de sa condition, condition imposée, subie, mais jamais il se contente. Autrement dit, il n'est pas possible de penser que le prolétaire si...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Abus de faiblesse
Pravdaa_Pravda
7

Abus de position dominante

De l'escroc on s'en fout un peu. Ce qui compte c'est l'analyse de la dialectique du pouvoir. Breillat annonce la couleur : -Ce sera sans pitié pour elle et pour lui, par masochisme. Breillat est...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

1