Avis sur

La Loose par L'Homme Qui Lit

Avatar L'Homme Qui Lit
Critique publiée par le

New-York, 1994. Luke est étudiant, mais son activité principale est plutôt centrée sur le deal, et essentiellement la vente de cannabis. Pendant l'été, il s'occupe de son business à temps plein, en essayant de faire abstraction de la crise que traversent ses parents. Parmi ses clients, Luke compte le Dr Squires, un vieux psychanalyste qui lui achète sa drogue et le paie en consultations gratuites. On parle beaucoup d'amour, à 17 ans, et Luke est un garçon qui n'y arrive pas vraiment avec les filles.

Pourtant, il y en a bien une qui fait la différence, mais il y a un hic : c'est la fille du Dr Squires. Malgré tous, les deux jeunes vont commencer à se fréquenter, pendant que Luke poursuivra ses séances avec son psy, tout en vendant son produit aux petits dealers de New-York.

Comédie sensible un peu dans le nirvana, Wackness est un petit moment de bonheur, un peu comme un bon trip, ou deux mâles en crise se cherchent, l'un à 17 ans, l'autre à la cinquantaine. Les deux compères s'appuieront l'un sur l'autre quand tout ira au plus mal, et finalement survivront à cet été voué à l'introspection. C'est dans cette ambiance un peu délirante, entre les trips et des moments de vérité tendre, que Jonathan Levine réalise son deuxième long métrage, ou Josh Peck et Ben Kingsley forment un duo original et délectable. Un film planant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 408 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de L'Homme Qui Lit La Loose