👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Trois quadras aux vies sinistrées forment avec le neveu de l'un d'eux un pathétique quatuor de losers.Afin de renouer les fils distendus de leur amitié et de retrouver les sensations perdues de leur jeunesse,ils partent en week-end dans la station de ski de leur turbulente adolescence.Mais la ville est comme eux en pleine décrépitude,la crise est passée par là,tout est sale,dégradé,abandonné,les rideaux de fer sont tombés sur les hauts lieux de leurs exploits d'antan.Tout change quand ils dérèglent le spa de leur hôtel minable et qu'ils se trouvent propulsés en 86,avec leur physique d'alors et dans les mêmes conditions qu'à l'époque.Ce "Retour vers le futur" trash n'est pas sans qualités,mais elles ne compensent pas les défauts d'un scénario paresseux qui se vautre dans le n'importe quoi et l'à peu près.Le bon côté du film,c'est son aspect délirant complètement perché,où les punchlines hilarantes et les situations ahurissantes se succèdent à une cadence effrénée.Mais l'exercice a ses limites et s'apparente plus à un bon spectacle de stand-up qu'à une oeuvre cinématographique cohérente.Les trois scénaristes,dont fait partie Sean Anders,un réalisateur qui fera quatre ans plus tard "Comment tuer son boss 2",n'y vont pas avec le dos de la cuiller et exploitent sans retenue les standards de la comédie régressive.Nous avons donc droit à notre quota de giclures de merde,d'urine,de vomi ou de sperme,de défonce opiacée et alcoolisée,de fiestas destroy,de sexe déchaîné,de bagarres d'ivrognes et de cascades masochistes.Le problème est que tout ça a déjà été beaucoup vu et ne rachète pas les faiblesses de l'intrigue.Il faut cependant noter la belle reconstitution des eighties,soignée et dense,qu'il s'agisse des fringues,des coiffures,de la technologie balbutiante,de l'ambiance festive,de l'économie en pleine santé,le tout accompagné des musiques ad hoc,formidable bande-son,et des évocations des figures de l'époque comme Ronald Reagan ou Michael Jackson.On peut aussi signaler le délicieux mauvais goût qui irrigue l'ensemble,les auteurs ne rechignant pas devant les plans nichons et les gags limite flirtant avec le politiquement incorrect.Ainsi,on n'hésite pas à nous présenter de l'humour surfant sur la pédophilie ou se moquant du handicap,sans oublier les scènes où le jeune Jacob assiste aux comportements très libérés de sa future mère,avec en point d'orgue la séquence où elle est en train de le concevoir,qui n'est pas sans rappeler celle,dans "Retour vers le futur",où la mère de Marty McFly tente de coucher avec son futur fils.Hélas,tout ceci est noyé dans le fouillis indescriptible d'un script s'appuyant sur le spatio-temporel sans jamais le maîtriser.En fait,on ne pige quasiment rien à la façon dont les évènements se déroulent,tant le scénario se mélange les crayons dans la chronologie et s'adonne à des facilités régies par l'invraisemblance et l'absence de rigueur.Il serait vain de lister tous les manquements à la logique la plus élémentaire dont est truffé le film,on peut se contenter d'évoquer le fait qu'on voit les personnages à leur âge adulte,alors qu'ils ont retrouvé leur apparence d'ados.Tous les gens autour les voient comme des teenagers,et eux-mêmes se voient ainsi,mais seulement lorsqu'ils se regardent dans la glace,allez savoir pourquoi,et tout est du même tonneau dans cette histoire qui ne tient pas debout.En sus,on doit subir in fine un happy-end parfaitement écoeurant de niaiserie,de mièvrerie et d'invraisemblance,qui arrive tel une couille dans le potage après tout le hard trash qui l'a précédé.Et puis il y a une amorce de réflexion concernant la conduite à tenir en cas de saut dans le temps,sur l'air de "si vous pouviez changer le passé afin de modifier l'avenir,le feriez-vous?".Le film répond de manière stupide à cette question,qui est de toute façon sans objet vu que ça ne peut pas arriver.La distribution est d'un niveau très variable.John Cusack,également producteur de la chose,fait valoir son talent très sûr,tandis que Rob Corddry exécute un numéro extravagant réjouissant au possible.Quant à Chevy Chase,il fait pitié tant il a subi l'outrage des ans et des hamburgers.Les filles sont moins en vue dans ce film de mecs.Lizzy Caplan est bien terne,l'actrice de télé Lyndsy Fonseca,en mode surexcité,en fait trop.Jessica Paré,autre révélation du petit écran,nous laisse admirer ses impressionnantes glandes sudoripares,à tel point qu'on pourrait la surnommer Sudori Paré.Il y aura une suite cinq ans après,avec la même bande d'acteurs et le même Steve Pink à la mise en scène.

pierrick_D_
4
Écrit par

il y a 3 ans

La Machine à démonter le temps
Custom51
8

Le Jacuzzy du Dr Emmett Feelgood

Les mecs, que je peux l'aimer ce navet là l ! Un navet fluo et permanenté ! Un pitch de fada, qui renvoi une bande de potes dans les 80's via un jacuzzi détraqué. Les 80s, les vraies (!!!) en mode...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

La Machine à démonter le temps
sseb22
6

Home Sweet Home

Suite à une pseudo tentative de suicide de l'un d'entre eux, une bande de potes part faire un voyage sur les traces de son passé. Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils vont aussi le faire au sens...

Lire la critique

il y a 12 ans

5 j'aime

La Machine à démonter le temps
AMCHI
4

Critique de La Machine à démonter le temps par AMCHI

La Machine à démonter le temps avait tout à sa portée pour devenir une excellente comédie loufoque mais sans se vautrer ce film est décevant. Le quatuor d'acteurs ne fait pas vraiment d'étincelles,...

Lire la critique

il y a 7 mois

4 j'aime

L'Exorciste
pierrick_D_
10
L'Exorciste

Critique de L'Exorciste par pierrick_D_

Chris MacNeil,actrice célèbre,loue une maison à Washington où elle tourne un film.Regan,sa fille de douze ans,se met à avoir un comportement relativement bizarre,genre visage qui se déforme et change...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

14

L'Ours
pierrick_D_
7
L'Ours

Critique de L'Ours par pierrick_D_

Fin du 19e Siècle,dans les montagnes de la région canadienne de Colombie britannique,une maman ourse meurt accidentellement,laissant seul et livré à lui-même son ourson.Le petit est recueilli par un...

Lire la critique

il y a 6 mois

24 j'aime

12

L'Auberge rouge
pierrick_D_
7

Critique de L'Auberge rouge par pierrick_D_

Au 19e Siècle les époux Martin tiennent une auberge perdue dans les monts ardéchois et ont la mauvaise habitude d'assassiner leurs clients afin de les détrousser,avec l'aide de Fétiche,leur...

Lire la critique

il y a 5 mois

23 j'aime

9