Ikea-ton

Avis sur La Maison démontable

Avatar Rémi Savaton
Critique publiée par le

Je découvre tout juste le cinéma de Buster Keaton avec l'excellent court-métrage La Maison démontable (que je nommerais ici dans son titre original : One Week). Prolongation de l'art à la Chaplin que je connais bien plus, One Week de Buster Keaton et Edward F. Cline confronte un jeune couple fraichement marié à sa première maison. Une maison d'autant plus imposante qu'elle s'affirme comme directement constructible, à l'image d'une vulgaire bibliothèque Ikea. Ce qui rend ce petit film si attrayant et passionnant, c'est que Keaton n'a pas peur du geste démesurément insolite. Ce fameux geste, il est autant dans la rotation complète d'une maison défigurée, que dans le positionnement d'une porte à la place d'une fenêtre. Il est autant dans un clou que l'on plante dans le siège auto pour tirer sa maison, que dans un train qui détruit de plein fouet le domaine distordu mais tellement emblématique. One Week semble n'avoir peur de rien, jurant ainsi sur le décalage complet comme ambassadeur du mouvement. En effet, ici tout est dans le mouvement (humain et matériau partageraient la même drôle de grâce ) ! On pourrait même aller plus loin : Buster Keaton annonce dans ses images la dureté de la vie qu'un jeune couple doit affronter. On est ici en 1920, près de 10 ans avant la grande crise. Il y'a dans One Week autant de rêves que de cauchemars pourrait-on dire. Mais ces deux-là sont toujours tendus si fort, qu'il atteignent incontestablement l'art de l'intelligente bêtise propre au maitre du muet.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 25 fois
1 apprécie

Autres actions de Rémi Savaton La Maison démontable