Avis sur

La Maison du diable par Eric31

Avatar Eric31
Critique publiée par le

La Maison du diable (The Haunting) est un excellent film d'horreur psychologique britannique réalisé par Robert Wise, écrit par Nelson Gidding, d'après le roman The Haunting of Hill House de Shirley Jackson... sur une superbe photographie (En Noir et Blanc) Davis Boulton et une direction artistique réalisé par Elliot Scott (Fabuleux décors gothiques... Ce qui amène un plus au film) qui met en scéne une expérience de parapsychologie, par plusieurs personnes dont le professeur John Markway (joué par le très bon Richard Johnson) qui réunit un groupe de personnes dans un vieux manoir réputé hanté.... qui sont au nombre de trois... la première est Eleanor 'Nell' Lance (joué par l'excellent Julie Harris) une jeune femme dépressive qui sera le meilleur cobaye pour cette expérience qu'elle aurait déjà vécue par ailleurs... La seconde est Theodora 'Théo' (joué par l'excellente Claire Bloom) une femme tout aussi élégante que glaçante, qui aurait le don de lire dans les pensées... Elle est lesbienne ce qui apporte une certaine ambiguïté dans le rapport entre les des deux femmes... et le troisieme est Luke Sanderson (joué par Russ Tamblyn) un jeune héritier oisif futur proprietaire de la Maison... Une œuvre d’atmosphère particulierement envouté, La Maison du diable (The Haunting en VO) dispense une inquiétude latente infiniment efficace par sa force de l'ellipse et de la suggestion... Par ailleurs, Robert Wise explique que " A aucun moment, je ne montre un fantôme ou un esprit... rien n'est matérialisé tout est dans l'imagination des personnages et dans la bande son... " ce qui rend une certaine veritable authenticité au long métrage... Grace a cette retenue dans la mise en scéne, La Maison du diable, demeure avec Les Innocents de Jack Clayton (sortie en 1961), l'une des œuvres les plus convaincantes sur les maisons hantées et les phénomènes paranormaux... Enfin bref, un climat de tension constante, du suspense angoissant et une mise en scéne sobrement virtuose font de cette œuvre le meilleur film de ce genre... un voyage au bout de la peur parapsychologique... qu’apprécie énormément Martin Scorsese qui le considère comme le plus grand film d'horreur de l'histoire du cinéma (Tout comme moi par ailleurs)... La rigueur de la mise en scéne, renforcé par le fait que le film soit tourné en noir et blanc, donne à La Maison du diable une terrifiante efficacité... qui frappe par sa dureté : Hill House (le nom du manoir témoin de nombreux décès plus ou moins suspects) est bien en proie aux forces démoniaque.. qui va de la présence d'une " chambre froide " au role symbolique de l'escalier métallique qui semble refléter l'esprit tortueux de certains des habitants de la maison et des protagonistes de l'intrigue ...Et l’atmosphère de plus en plus oppressante de la demeure laquelle contribue a l'impression de malaise que procure le film... Parallèlement, Robert Wise décrit avec précision les rapports ambigus qui s’instaurent entre Eleanore (la victime) et Theodora, jouant sur le fait que cette derniere est visiblement lesbienne et l'interpretation de Claire Bloom est d'ailleurs l'une des nombreuses qualités de ce film trouble et inquiétant dans lequel les forces du mal apparaissent dans toute leur puissance en laissant aux vivants qui tente de les contrarier qu'une unique solution : la fuite la plus rapide et la plus éperdue... Le must du genre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 299 fois
7 apprécient

Eric31 a ajouté ce film à 3 listes La Maison du diable

Autres actions de Eric31 La Maison du diable