Affiche La Marie du port

Critiques de La Marie du port

Film de (1950)

Le dernier chef d'œuvre de Marcel Carné

Commençons par casser la légende selon laquelle le film ne trouva pas son public, en fait il cumula à sa sortie 2,6 millions d'entrée. L'autre légende est la non-participation de Prévert, il n'apparait pas au générique pour des questions fiscales mais il était bien là. C'est très beau et filmé avec doigté et élégance, Gabin dans un rôle de vieux beau à 48 ans est parfait, mais la révélation... Lire la critique de La Marie du port

1 1
Avatar estonius
10
estonius ·

Désert sans solitude

Après revisionnage cette après-midi, mon impression sur ce film mésestimé de Carné s’améliore encore et je suis pas loin de le mettre aux premiers rangs (avec Thérèse Raquin) de sa carrière d’après-guerre ; Prévert n’est plus là, même s’il a, paraît-il rédigé une partie des dialogues, mais Kosma l’est encore, et la musique est superbe. L’intrigue, de Simenon, toujours subtile et... Lire l'avis à propos de La Marie du port

3
Avatar Impétueux
7
Impétueux ·

Un film en cale sèche !!!

J'avais oublié combien les films de l'Après-guerre de Marcel Carné était au mieux moyen, le plus souvent médiocre et ennuyeux, déjà que je trouve ceux de l'Avant-guerre et du pendant la Guerre hyper-surcotés, si on fait exception du génialement jouissif Drôle de drame, "Dormez,... Lire l'avis à propos de La Marie du port

2 2
Avatar Plume231
2
Plume231 ·

La Marie du port (1949)

L'intrigue du film est banale. Le patron d'un bar / cinéma de Cherbourg s'éprend de la sœur de sa maitresse qui vit à Port en Bessin. Cependant l'histoire est émouvante et on s'attache aux personnages. Le film présente aussi l'intérêt de montrer des images de Port en Bessin après guerre ... Ceux qui connaissent Port en Bessin aujourd'hui verront l'énorme changement ... Mais Port en B a su rester... Lire la critique de La Marie du port

2
Avatar greenwich
6
greenwich ·

Le port de l'angoisse

De l'avis général, la carrière de Marcel Carné après-guerre n'atteindra plus jamais les sommets du réalisme poétique des années 30, dès lors que Jacques Prévert ne sera plus présent pour dialoguer les films du cinéaste parisien. "La Marie du port" est en ce sens un cas particulier, puisque si Prévert n'est pas crédité au générique, il est de notoriété publique que c'est bien... Lire la critique de La Marie du port

Avatar Val_Cancun
6
Val_Cancun ·

Critique de La Marie du port par Fatpooper

Gabin en riche homme coureur de femme. Le film est sympathique, peut-être a-t-il mal vieilli et paraît-il un peu naïf sur les bords, mais il ya malgré tout un aspect moderne: Marcel Carné aborde la thématique des triangles amoureux de façon plus osée que les séries actuelles. C'est avec ce film que j'ai découvert le talent de Gabin (honte à moi, je n'aavis jamais pris la peine de regarder un... Lire la critique de La Marie du port

Avatar Fatpooper
6
Fatpooper ·

Critique de La Marie du port par FrankyFockers

Moi qui ne suit pas un grand fan de Carné, je dois avouer que ce film là est plutôt bien, notamment grâce à Gabin et un scénario plutôt réussi. Mais malheureusement, il y va avec beaucoup trop de raccourcis ou de facilités et frôle bien souvent le cliché. Avec un sujet comme ça, et les mêmes acteurs, Duvivier, Lacombe, voire Verneuil à ses débuts en aurait tirés une merveille. Lire l'avis à propos de La Marie du port

Avatar FrankyFockers
6
FrankyFockers ·

Critique de La Marie du port par pierrick_D_

Un restaurateur normand vieillissant tombe amoureux de la jeune soeur de sa maîtresse.Le film va consister en un long bras de fer entre ce séducteur cynique qui ne croit pas à la durabilité de l'amour et cette fille qui désire se donner à lui mais refuse de n'être qu'une conquête provisoire.En 49,les grandes oeuvres de Carné étaient derrière lui et "La Marie du Port" est un jalon mineur de sa... Lire l'avis à propos de La Marie du port

1
Avatar pierrick_D_
6
pierrick_D_ ·

Critique de La Marie du port par Maqroll

Après la fin de sa collaboration avec Prévert, Carné a voulu faire un essai en solo en persévérant dans la veine du fameux « réalisme poétique » qui avait fait sa gloire et sa fortune... ce fut le calamiteux Juliette ou la clé des songes avec le pauvre Gérard Philippe qui semblait sans cesse nager dans un cauchemar de brouillard ! Après ce navet retentissant, Carné, lucide ou bien conseillé, se... Lire l'avis à propos de La Marie du port

1
Avatar Maqroll
7
Maqroll ·