SF en mode punk

Avis sur La Mort en prime

Avatar pphf
Critique publiée par le

Je n'aurais sans doute jamais eu l'idée de regarder Repo man sans une critique très sympa de Drelium.

http://www.senscritique.com/film/Repo_Man/critique/24260150

Il y a, en gros (mais pas sûr), deux lignes dans le film, qui se croisent plus ou moins (et souvent plutôt moins) :
- des repo men (sûr que vous n'aviez pas entendu parlé d'eux avant), qui sont des flics plus ou moins institutionnels, plus ou moins approximatifs, patibulaires mais presque, qui sont chargés de récupérer des voitures impayées pour les revendre avec bénéfice ;
- des extra terrestres, dissimulés sous la forme de fumées toxiques dans le coffre d'une voiture et qui laissent quelques cadavres sur leur parcours ;

Le ciment de l'histoire, c'est un jeune un peu paumé, quasi SDF mais sympa (Emilio Estevez presque supportable), dont l'errance dans L.A. va croiser ces hôtes improbables.

Je ne vais pas y arriver comme ça., parce qu'en fait il n'y a pas de ligne. Voyons plutôt les personnages (sans ordre évidemment) :

- un jeune un peu paumé, donc, se reconvertissant en repo man,
- le groupe des repo men, autour de Harry Dean Stanton (très à l'aise, dynamigue ! mais qui ne finira pas le film pour autant !), avec un flic en uniforme (pas sûr que l'uniforme soit authentique et toutes une série de comparses asses douteux,
- deux malfrats (ou pas), les frères Rodriguez (pourquoi pas) qui connaissent Harry Dean et ne l'apprécient pas (c'est tout ce qu'on sait d'eux ...),
- des extra terrestres sous la forme de fumigènes
- des Men in black (très authentiques et avant l'heure), dirigés par une femme dont une main est métallique et articulée (ce qui n'a évidemment aucune importance pour l'intrigue)
- un groupe de punks / malfrats encagoulés, braqueurs de supermarchés et armés,
- des propriétaires de voitures très endettés et parfois armés,
- une voiture dont la tête, le coffre plutôt, est mise à prix;
- l'autoroute / égoût de L.A., très connu du cinéma (siège par exemple de la magistrale poursuite dans Police fédérale ...),
- un vieillard borgne et très fatigué
- une jeune femme, d'allure normale (si, si), mais peut-être en lien avec les extra-terrestres ...

Les ingrédients sont posés Et Alex Cox, aux méthodes punk très assumées (c'est l'auteur du fameux Syd and Nancy) en propose un traitement définitif : il met tous ces noms dans un chapeau, il tire un petit papier, introduit le personnage correspondant et cela lui donne la nouvelle péripétie du film. Tous se croisent donc n'importe quand et donc n'importe où (comme si L.A. n'avait qu'une seule rue !), sans le moindre souci de transition dans le montage ni de cohérence dans le scénario (?) ; les effets spéciaux sont évidemment très ringards (mais sympas - en particuliers lorsque des bottes ne sont plus surmontées que par de la fumée ...) et le véhicule objet de toutes les quêtes finit par chauffer, puis par devenir verdâtre et translucide, puis ... (mais pas de spoil).

Bref - On est à la frontière de Nanarland, mais du bon côté de la frontière. Repo man est un film vraiment très sympa.

P.S. (hors sujet) : j'ai peut-être croisé (il y a longtemps) en France la route de repo-men. Une panne de voiture nocturne du côté de Vence, un appel téléphonique au garage de garde (ça existe, comme les médecins et les pharmaciens), l'arrivée dans une immense casse (pleine de véhicules détruits, ou volés/récupérés, ou saisis ...) ; et le temps que le repo man (pas antipathique) parte chercher de quoi réparer - je me suis retrouvé escorté par une armée de bergers allemands, dont un ne me quittait pas d'un pas. je n'ai jamais autant remarqué que les bergers allemands avaient les yeux jaunes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 688 fois
16 apprécient

pphf a ajouté ce film à 1 liste La Mort en prime

Autres actions de pphf La Mort en prime