👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Faites-vous des amis avec l’argent trompeur "

À l’âge où nos contemporains soignent jardins, souvenirs et rhumatismes, Clint Eastwood nous offrit les flamboyants Mémoire de nos pères (2006), Lettres d’Iwo Jima (2007), L’échange (2008), Gran Torino (2009) et Invictus (2009). La suite, d’Au-delà (2010) à Le 15 h 17 pour Paris (2018), était moins convaincante. Clint baissait. Était-il fini ? Clint se réservait un dernier grand rôle. L’histoire est tirée d’un fait divers. Un horticulteur ruiné passe de la drogue aux USA. Avant d’être pris, le nonagénaire rembourse ses dettes et aide ses proches. Il plaidera coupable.

Nick Schenk, le scénariste, avait signé celui de Gran Torino. Les deux films présentent des similitudes, notamment le personnage principal et le contexte mafieux. Incarné par Clint, Earl Stone ressemble comme un frère à Walt Kowalski, en moins bougon. Tous deux sont des vétérans de Corée, des solitaires au déconcertant franc-parler. Seulement, Earl a dix années de plus. Il traine la jambe et n’est plus capable de se battre. Emporté par sa passion pour ses fleurs, il a négligé sa famille, qui l’a rejeté.

Le scénario est d’une rare simplicité. Une douzaine de voyages, la même route, les mêmes motels. La lumière est belle, souvent crépusculaire. Clint porte le film sur ses épaules voutées. Le héros sans peur de notre enfance s’est mué en vieillard fragile. Il parle peu, mais regrette ses erreurs passées. Il tente d’avertir ses proches : la vie est courte, sans grand succès. Réaliste, il n’insiste pas, mais entend profiter de la vie. Il s’offre une voiture, un bracelet précieux et des prostituées. L’argent facilement gagné lui permet de financer le mariage de sa petite-fille, puis la rénovation du bar de ses potes. Sans aucun état d’âme, le vieil homme se découvre prodigue. Les cargaisons prennent de la valeur, le cartel charge sa meilleure mule et la surveille de près. Libéré de la peur, le vieillard fascine les tueurs. La sidération des truands mexicains n’aura n’égale que dans celle des agents de la DEA. Mieux, il se réconcilie avec sa famille. Pour la première fois, Clint est heureux. Il sourit, sa joie est contagieuse.

SBoisse
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes 65 critiques de classiques, petits ou grands, 99 critiques de drames et 46 films vus et critiqués en 2019

il y a 2 ans

22 j'aime

3 commentaires

La Mule
Sergent_Pepper
6
La Mule

Aging mule

Alors qu’il n’avait plus joué devant sa propre caméra depuis 10 ans (Gran Torino), laissant la place à d’autres personnage en phase avec sa représentation bien trempée du héros à l’américaine, Clint...

Lire la critique

il y a 3 ans

96 j'aime

4

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

La Mule
-Marc-
9
La Mule

Sérénitude

Qu’as-tu fait, ô toi que voilà Pleurant sans cesse, Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà, De ta jeunesse ? Paul Verlaine, Sagesse (1881) Earl fait faillite. Tous ses biens sont saisis. Il ne peut se...

Lire la critique

il y a 3 ans

49 j'aime

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

Lire la critique

il y a 4 ans

118 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

30