👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Paul Snijder est un homme miraculé d'un accident d'ascenseur mais dont sa fille n'a pas survécu. Blessé à la jambe, ne se rappelant pas de ce drame, il va plonger dans une grave dépression dont son épouse veut en quelque sorte en profiter en lui demandant de faire un procès au fabricant de l'ascenseur, dans le but de gagner un maximum d'argent pour les études de ses deux fils. Jusqu'au jour où Paul Snijder plaque tout...

J'ai découvert ce complètement au hasard, et j'en suis très agréablement surpris, car il permet de mettre en lumière ce formidable acteur qu'est Thierry Lhermitte. D'une composition minérale, peu bavard, il est méconnaissable sous sa barbe blanche, trainant son spleen, et remontant difficilement la pente après la perte de sa fille. Pour se changer les idées, il veut éviter le procès, pour une raison que je ne dévoilerais pas, et se reconvertir en quelque sorte comme promeneur de chiens ; un comble pour celui qui était auparavant ingénieur !
Thierry Lhermitte a ce regard si beau d'un homme hagard, toujours au bord du chagrin. Il a face à sa lui son épouse, jouée par Géraldine Pailhas, qui est une véritable ordure, car au fond, le décès de sa belle-fille lui importe moins que l'avantage financier qu'un procès pourrait leur apporter.

Je dois dire aussi que le film se passe à Montréal, et ça ajoute à cette impression d'étrangeté qui parcourt l'histoire, avec une musique très particulière, limite planante, du groupe Timber Timbre. Du coup, on entend pas mal d'accent canadiens, mais sans aucune moquerie, des personnages pour la plupart sympathiques, en particulier le patron de la boite de surveillance de chiens, qui fait sans arrêt des calculs mentaux. La réalisation de Thomas Vincent est également à l'avenant, avec beaucoup de gros plans sur le visage de Lhermitte, où l'atmosphère semble parfois suspendue, jusqu'à ce très beau final qui ressemble à un bol d'air frais, et un possible nouveau départ. Je regretterais peut-être du coup la durée un peu excessive du film, près de deux heures, car on ne peut pas dire que le rythme soit là.

Thierry Lhermitte est un comédien que j'apprécie beaucoup, et il est dommage qu'il n'ait eu que trop peu de rôles dramatiques, si on excepte Une affaire privée par exemple. Car ici, il est formidable, et portement clairement le film sur ses épaules, que je trouve être une belle réussite malgré mes quelques griefs.

Boubakar
7
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

La Nouvelle vie de Paul Sneijder
sophiebazar
8

Tragi/comique

J’ai lu quelque part cette accroche : « Qui n’a jamais voulu changer de vie ? », sans doute signée de quelqu’un qui n’avait pas vu le film. Mais bien sûr, on a tous envie qu’il nous arrive un drame...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

La Nouvelle vie de Paul Sneijder
Eric31
7

Critique de La Nouvelle vie de Paul Sneijder par Eric31

La Nouvelle Vie de Paul Sneijder est une très bonne comédie dramatique franco-canadienne réalisée par Thomas Vincent, coécrite par Yaël Cojot-Goldberg d’après le roman Le cas Sneijder écrit par...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

3

La Nouvelle vie de Paul Sneijder
AnneM
8

De l'autre côté du miroir

J’ai été complètement sous le charme de cette fable, voire de cette métaphore, laquelle montre un chemin vers l’autre côté du miroir d’une société centrée sur la réussite, l’argent, la course contre...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

1

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

1