👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tim Burton sauve les meubles tant bien que mal et restitue un blockbuster sans âme mais divertissant

Près de 30ans nous sépare du dernier opus de la (première) saga de La Planète des singes, après nous avoir laissé sur notre faim avec la très décevante conclusion qu’était La Bataille de la planète des singes (1973) de Jack Lee Thompson.

Tim Burton s’attèle à un gros dossier, celui de raviver la flamme chez les fans de la première heure et de faire adhérer ceux qui n’auraient pas connue la franchise. Le réalisateur ne se cantonne pas simplement à mettre sur pied un remake puisqu’il s’agit avant tout d’une nouvelle adaptation sous la forme d’une relecture (dans un certain sens, plus proche du roman d’origine de Pierre Boulle que ne l’était la première version de 1968).

Le résultat est au final assez convainquant même si l’on est loin du superbe travail qu’avait fait Franklin J. Schaffner sur la première adaptation. Ce sont surtout les fans de Burton qui risquent d’être déçu, car pas une fois, on ne retrouve « sa patte », sa signature. En dehors d’avoir réalisé un film à l’univers parfois très dark (la photo du français Philippe Rousselot n’y est pas pour rien), force est de constater que ce film de commande est à des années-lumière de ce à quoi il nous avait habitué.

Un film relativement classique dans son ensemble, mettant un certain temps pour démarrer afin de concentrer toute son énergie dans la dernière partie du film avec la fameuse grande bataille (la séquence clés pour tout blockbuster qui se respecte). Si vous pensez avoir affaire à une resucée, c’est loupé. Burton ne tenait pas à réaliser un remake, résultat, on découvre très rapidement que le héros ne s’échoue pas sur la Terre mais sur une toute autre planète, quant au twist final, on est loin du climax très efficace auquel on avait droit dans la version de 1968, Burton préférant une fin plus « humoristique » et se rapprochant du roman d’origine, certes, mais pour le coup, cela devient parfaitement illogique et ouvrait les portes à une suite (voir à plusieurs), chose que l’on ne verra jamais… Ce qui est plutôt surprenant de la part de 20th Century Fox, vu la facilité avec laquelle ils ont essorés leur poule aux œufs d’or avec la première franchise (5 opus en l’espace de 5ans !).

En dehors de cela, on sent clairement que l’on a affaire à un blockbuster estival, avec son étalage de stars (trop de têtes connues qui malgré les maquillages restent reconnaissables et donc, décrédibilisent leurs personnages), elle est loin l’époque où c’était des inconnus qui incarnaient la tribu simiesque. Malgré cela, il faut tout de même reconnaître qu’ils font le job et que l’on prend plaisir à les voir (Tim Roth, Helena Bonham Carter, Michael Clarke Duncan ou encore Cary-Hiroyuki Tagawa), il n’y a bien que Mark Wahlberg qui peine à rendre plausible son personnage, sans doute n’avait-il pas la carrure pour un tel rôle.

Si John Chambers avait été couronné d’un Oscar pour ses maquillages dans la première adaptation, 30 ans plus tard, c’est Rick Baker (que l’on ne présente plus) qui prend la relève et force est de constater qu’une fois de plus, son talent continu toujours et encore de faire ses preuves.

Tim Burton est là où on ne l’attendait pas, certes sa relecture du mythe est loin d’être décevante, mais clairement venant de lui, on en attendait bien plus. Pris en tenaille entre les directives du studio et ses impératifs (budget revu à la baisse et temps de préparation & de tournage précipité), il tente ce qu’il peut, sauve les meubles et nous restitue un blockbuster certes, sans âme, mais suffisamment divertissant pour que l’on ne s’ennuie pas.

(critique rédigée en 2011, réactualisée en 2021)

il y a 1 an

La Planète des singes
Angelus
8

Réhabiliter Burton: une version 2001 incomprise et victime du spectre de la version 1968...

Je viens de me revisionner d'affilée les deux Planet of the Apes, l'original de 1968 et son "remake" 2001. Une excellente opportunité pour apprécier les choix de Burton, des scénaristes, ainsi que,...

Lire la critique

il y a 8 ans

45 j'aime

10

La Planète des singes
Tildidoum
2

Oh mon dieu, ils ont tué l'original.

Une histoire forte, qui questionne l'être humain tant qu'espèce dominante et qui le met face à ses contradictions, ses excès et ses responsabilités. Les rôles sont inversés : et si nous étions des...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

4

La Planète des singes
Jambalaya
4

Tim Rosse Burton !

La Planète Des Singes n’est pas, et de loin, le meilleur film de Tim Burton, de là à dire qu’il serait le moins bon, il n’y a qu’un pas. Car, si celui qu’on surnommait l’enfant terrible d’Hollywood...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

Monty Python - Sacré Graal !
RENGER
2

Armez vous de patience, c'est ce que vous avez de mieux à faire.

Premier long-métrage pour l'équipe des Monty Python où ils réalisent avec Monty Python, sacré Graal (1975) une comédie lourde, exaspérante et extrêmement vide. Certains gags sont beaucoup trop...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

17

Ready Player One
RENGER
2

Grosse désillusion, de la SF chiante à mourir

Une belle grosse désillusion le dernier Spielberg. Moi qui l'attendais avec une certaine impatience. Son grand retour à la SF, à grands renforts de coups marketings, je suis tombé dans le panneau et...

Lire la critique

il y a 4 ans

21 j'aime

24

Room 237
RENGER
6
Room 237

Vous ne regarderez plus jamais Shining de la même façon ! [! ATTENTION SPOILER !]

[! ATTENTION SPOILER !] Vous vénérez Shining (1980) de Stanley Kubrick ? Alors découvrez sans plus tarder Room 237 (2012), un documentaire (dont le titre fait référence à la fameuse chambre de...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime